COLLANGE Élie, Jules, Antoine [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Né le 4 octobre 1876 en Haute-Loire ; représentant en charbons ; anarchiste et syndicaliste.

Après avoir collaboré à l’hebdomadaire individualiste L’Anarchie, Collange fut un des fondateurs du Groupe libertaire de l’Est parisien lors d’une réunion tenue le 15 mai 1910 au Pré-Saint-Gervais. En novembre, ce groupe adhéra à la Fédération révolutionnaire communiste (FRC).

Par la suite, Collange fut militant des Jeunesses anarchistes et du groupe des Lilas de la FCA. En mai 1911, il militait au syndicat CGT des Employés et participait au Groupe intersyndical pour la propagation de la langue internationale (GIPLI), qui professait l’ido.

Il collaborait en 1912-1913 au Mouvement anarchiste, un périodique lié à la FCA.

Il fut blessé lors des affrontements au meeting de Gustave Hervé, salle Wagram, à Paris, le 25 septembre 1912.

Le 19 novembre 1912, lors d’une réunion des Amis du Libertaire, il fut désigné avec Henry Combes pour remplacer au secrétariat de la FCA Édoudard Boudot (en fuite à l’étranger) et Louis Lecoin (incarcéré).

Inscrit au carnet B, il fut mobilisé dans l’infanterie en 1914. Il habitait alors au 151, avenue Pasteur à Bagnolet.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article154124, notice COLLANGE Élie, Jules, Antoine [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 19 avril 2014, dernière modification le 24 décembre 2014.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : AN F7/13053 — Arch PPo BA/1513 — René Bianco, "Un siècle de presse...", op. cit. — La Guerre sociale du 11 mai 1910 — La Voix du peuple du 7 mai 1911 — Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’Insomniaque/Libertalia, 2014.