GAUCHE Henri, Louis, Auguste [dit René Chaughi] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy et Dominique Petit

Né à Paris IXe arr., le 7 février 1870, mort le 19 juillet 1926 ; publiciste anarchiste.

Fils de commerçants en papeterie tenant commerce rue de Provence à Paris, Henri Gauche fut pendant dix ans élève interne au Collège Rollin. Souffrant d’un fort bégaiement l’empêchant de tenir une conversation, ses professeurs lui faisaient « réciter » ses leçons par écrit. Il fut reçu bachelier es lettres à la Sorbonne après avoir répondu par écrit aux examinateurs. Héritier d’une belle somme à la mort de sa mère, il habitait avec son frère aîné attaché au Ministère de la justice, apprit le métier de sculpteur sur bois et commença à fréquenter et à se lier d’amitié avec des ouvriers.

Henri Gauche adhéra au mouvement anarchiste vers 1892. Il collabora à la Révolte et à ses suppléments littéraires (1898-1894) de Jean Grave* et participa à la fondation de La Revue anarchiste (Paris, 8 numéros du 15 août au 1er décembre 1893 ) dont le gérant était Henri Guérin* et qui fut suivie par La Revue Libertaire (5 numéros du 15 décembre 1893 au 20 février 1894) dont il fut secrétaire de rédaction aux côtés de Charles Chatel*, puis le gérant sous le nom de Henri Gange. Il donna aussi quelques poèmes à la revue littéraire La Plume (Paris, 1889-1904).

Début 1894, il fut inquiété et perquisitionné par la police. Dans le numéro 3 de La Revue Libertaire était paru le compte rendu – écrit sans doute par lui-même – d’une perquisition dont il avait été l’objet : « Après avoir flairé son pot de chambre… et pris une photographie de Wagner pour un portrait de cambrioleur, ces messieurs se retirèrent… Henri Gauche ayant depuis, mystérieusement disparu – assassiné sans doute par sa famille, de biens stupides bourgeois – sa place en cette revue sera désormais occupée par le camarade Henri Gange… qui le connut le mieux… et lui ressemble du reste étonnamment. » A cette même époque et suite à l’arrestation de Jean Grave et à sa condamnation en février 1894 à deux ans de prison, il aida Ledot dit Mercier à publier encore quelques numéros de La Révolte qui cessa définitivement de paraître le 10 mars 1894. Il rejoignit ensuite Henri Guérin* en Belgique, puis alla en Hollande.

De retour à Paris en mai 1894 sous le nom de Henri Gange, il fut arrêté ce même mois avec Beaulieu dit Henri Beylie* lors de l’affaire de l’attentat de Liège (voir Cyprien Jagolgowski) dans lequel était soupçonné à tort leur compagnon Henri Guérin. Lors de la perquisition la police avait saisi diverses lettres écrites à Guérin ainsi qu’un testament léguant sa part d’héritage à Jean Grave pour la propagande anarchiste. Interné à Mazas, Gauche ne tarda pas à être libéré après que son innocence ait été prouvée dans l’affaire de Liège.

Henri Gauche, qui pendant toute l’incarcération de Grave à Clairvaux l’aida financièrement, fut ensuite un des premiers collaborateurs des Temps Nouveaux (Paris, 4 mai 1895 - 8 août 1914) et de ses suppléments littéraires sous la signature de René Chaughi ; il le resta pendant vingt ans et subventionna souvent et anonymement le journal. « Timide et un peu bègue, il avait toujours une attitude effacée, il se contentait d’écouter » (cf. Plus Loin, 15 septembre 1926). Quelques-uns de ses articles furent réunis en brochures. Henri Gauche collabora également au Courrier européen et à de très nombreux titres de la presse libertaire francophone.

Il fit part à Max Nettlau de ses vastes connaissances sur la bibliographie de l’anarchie ; il parlait couramment l’anglais et fut, un temps au moins, espérantiste.

En 1914, Gauche fut volontaire et s’engagea (cf. La Bataille syndicaliste, 10 août 1914). Dans une lettre écrite à Girard*, lettre datée 20 février 1916, il disait s’être trompé. Il appartenait alors à la 6e section COA stationnée au Mans (Sarthe).

Après la guerre Henri Gauche participa aux réunions mensuelles du groupe des Temps Nouveaux avant de se retirer à Elancourt (Seine-et-Oise) où il est décédé le 19 juillet 1926.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153978, notice GAUCHE Henri, Louis, Auguste [dit René Chaughi] [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy et Dominique Petit, version mise en ligne le 7 avril 2014, dernière modification le 24 novembre 2017.

Par Jean Maitron, notice complétée par Rolf Dupuy et Dominique Petit

ŒUVRE sous le nom de R. Chaughi : L’Immoralité du mariage (Paris, 1898, 32 p., plusieurs rééditions et traductions) — La Femme esclave (Paris, 1901, 8 p., coll. La Brochure à distribuer) — Les trois complices, Les tueurs, les faiseurs de pluie, l’homme qui juge (publication des « Temps Nouveaux », n° 58, 22 p., 1912).
Outre les titres cités ci-dessus, Henri Gauche a également collaboré aux titres suivants : Almanach de la chanson du peuple pour 1907 (Paris), Almanach de la Révolution (Paris, 1901-1913), L’Avant-garde (Lens, 1913-1914), Le Combat Social (Limoges, 1907-1909), L’Educateur (Liège, 1906), L’Emancipateur (Liège, 1910-1913), L’Emancipateur (Flemalle-Grande, 1921-1925), Jean Pierre (Paris, 1901-1904), Le Journal du Peuple (Paris, 1899), Le Libertaire (1895-1914), La Misère (Paris, 1898), La Nouvelle Humanité (Paris, 1895-1898), Le Petit Anarchiste (Liège, 1902), Révolution (Paris, 1909), Les Semailles (Paris, 1901-1902), La Tribune Libre (Charleroi USA, 1896-1900).

SOURCES : Arch. PPo. B a/1 559. — Arch. Dép. Seine-et-Oise, Carnet Vert secret révisé le 23 juillet 1923. — État civil d’Élancourt. — La Révolution prolétarienne, septembre 1925. — L’En-Dehors, mi-septembre 1926. — Publications de la Révolte et Temps Nouveaux, n° 42, 25 août 1926. — Plus Loin, 15 septembre 1926. — R. Bianco, « Un siècle de presse… », op. cit – Le Figaro, 25 mai 1894 – Journal des débats, 24 & 25 mai 1894 – Le Gaulois, 25 mai 1894 – Jean Grave, Quarante ans de propagande…, op. cit. — Archives Nettlau, IISG Amsterdam.

ICONOGRAPHIE : Metropolitan museum of art. Alphonse Bertillon. Albumens silver prints. Photographs.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément