GESLIN Marcel, Léon [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jacques Girault

Né à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 11 juin 1907, mort le 27 mars 1996 à Savigny-sur-Orge (Essonne) ; instituteur, militant anarchiste.

Fils d’un architecte-industriel ruiné par l’armée américaine en 1917-1918, devenu employé de bureau, Marcel Geslin entra à l’École normale d’instituteurs du Mans (Sarthe) en 1922. Il exerça comme instituteur dans diverses communes du département, Tuffé, Beaumont-sur-Sarthe (cours complémentaire), Crannes-en-Champagne, La Ferté-Bernard, Oizé, Arnage. Adhérent au syndicat affilié à la Fédération de l’Enseignement CGTU, il fut secrétaire du syndicat départemental en 1932-1934. Quand il abandonna son mandat en 1934 le syndicat départemental, qui à son adhésion comptait 18 adhérents, en réunissait environ 80. Plusieurs fois blâmé, deux fois déplacé, il fut le secrétaire-fondateur du Groupe des jeunes de l’enseignement dans le département.

Au début des années 1930 il fut le fondateur du groupe d’Etudes Sociales (GES) du Mans qui était adhérent à l’Union anarchiste. Le groupe en 1938 comprenait de nombreux instituteurs de la région membres de l’Ecole Emancipée dont Paul Mauget, Eugène et Yvonne Lullé, Roger Houard (ou Huart ?) et aussi les ouvriers Charles Surget, Gaston Rouxel, Lemeunier, Louis Coutin, etc. (cf. Cahier de trésorerie du GES pour 1938). Membre des Amis de l’Ecole Emancipée, Marcel Geslin était en 1938 l’archiviste de la section du Syndicat National des Instituteurs (SNI).

Au moment de la guerre d’Espagne, il fonda avec Albert Lullé et l’aide de Nicolas Faucier*, qui à l’époque était marchand forain et venait chaque vendredi au marché du Mans, le Comité Espagne Libre puis la section SIA du Mans. Le 20 janvier 1937 ce comité organisa à la salle du Chatelet un grand meeting de soutien avec comme orateur Maurice Wullens* et pour lequel avait été prêté un drapeau de la Colonne Durruti.

En 1937 Marcel Geslin participa à deux sabotages pour tenter de ralentir le ravitaillement en armement destiné aux franquistes ; d’une part le sabotage à Urdos de la ligne de chemin de fer Pau-Canfranc et d’autre part celui d’un pont routier après qu’un entrepreneur en travaux publics avait mis ses camions à la disposition des franquistes (cf. entretiens avec M. Geslin, juin 1994). Il se rendit au moins à deux reprises en Espagne. Il écrivit à l’époque plusieurs articles sur le problème espagnol dans les journaux L’œuvre (signés M.G.), Le Libertaire (non signés) et L’Humanité (signés « contre son gré »). Déçu par l’évolution de l’Union soviétique (« dictature de Staline, procès de Moscou », selon ses termes), ami de Maurice Wullens avec qui il déjeunait régulièrement à La grande Choppe (2 rue de la Harpe, Paris 5e) en compagnie de Victor Serge*, il se définissait comme « anticommuniste » et comme « anarcho-syndicaliste », de tendance libertaire.

Adhérent du groupe du Mans - Fédération de l’ouest de l’Union anarchiste communiste (carte n°14403), Marcel Geslin témoigna en faveur de Gérard Leretour* au tribunal correctionnel du Mans lors de poursuites engagées contre celui-ci à l’été 1938.

Il fut suspendu à la Libération pour activités pacifistes. Acquitté, il fut rétabli dans ses fonctions enseignantes par le Tribunal administratif de Caen. Muté dans la Seine, Geslin enseigna en banlieue à partir d’octobre 1947. Il fut, dans les années 1950, secrétaire de la sous-section du SNI de Thiais (Seine).

Retraité, Geslin habitait dans les années 1980 Savigny-sur-Orgne (Essonne). Il avait prévu de léguer ses archives considérables au Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (CIRA) de Marseille dont il était membre. Malheureusement, après son décès, survenu en mars 1996, la quasi-totalité de ces archives furent détruites et seuls quelques documents ont pu être sauvés et déposés au CIRA.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153925, notice GESLIN Marcel, Léon [Dictionnaire des anarchistes] par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 avril 2014, dernière modification le 5 avril 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis à J. Girault par l’intéressé. — Entretiens de R. Dupuy avec M. Geslin, juin 1994.

Version imprimable Signaler un complément