Né à la Sauvetat-de-Blanquefort (Lot-et-Garonne) le 12 novembre 1843, mort au Vésinet (Seine-et-Oise) le 9 décembre 1916 ; chef du bureau de la presse parisienne sous la Commune, exilé à Genève.

Aristide Claris serait l’arrière-petit-neveu du philosophe cartésien Pierre-Sylvain Régis dont il prit d’ailleurs le nom comme pseudonyme. Son père était un riche propriétaire et il désirait faire de Jean-Aristide — un de ses quatre fils — un notaire.
Mais le jeune homme, parti pour faire ses études à Toulouse, en revint ardent républicain et refusa de rédiger la supplique à l’Empereur qui était alors exigée des candidats au notariat. Le père, en grande colère, chassa alors son fils qui résida d’abord à Issigeac (Dordogne) en 1868, puis vint à Paris l’année suivante et habita 70, rue Saint-André-des-Arts, VIe arr.
Aristide Claris, qui avait fait connaissance, grâce à des compatriotes, de Charles, Louis Chassin, entra bientôt à Démocratie que dirigeait celui-ci et y exerça les fonctions de secrétaire de rédaction.
Pendant le 1er Siège, Aristide Claris s’engagea au 170e régiment de marche de la Garde nationale. Il collabora également à la Patrie en Danger de Blanqui. Il appartint enfin au Comité de Vigilance du Xe arrondissement, 77, rue du Château-d’Eau, dont il fut le secrétaire.
En tant que délégué des vingt arrondissements, il fut un des signataires de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871, proclamation au peuple de Paris pour dénoncer « la trahison » du gouvernement du 4 septembre et pour mettre en avant trois mots d’ordre : Réquisition générale, rationnement gratuit, attaque en masse. L’affiche se terminait par ces mots : « Place au peuple ! Place à la Commune ! »
Durant la Commune, il écrivit dans le Cri du Peuple de Vallès avec qui il était lié, et il fut délégué de la Commune dans le Xe arr. Il exerça, sur recommandation de Tridon, les fonctions de chef du Bureau de la presse parisienne au ministère de l’Intérieur.
Après la défaite de la Commune, Aristide Claris réussit à se réfugier en Suisse et se trouva aussitôt au milieu d’une importante colonie de proscrits. Il s’y montra très actif aux côtés des adversaires du Conseil général influencé par Marx.
Le 28 septembre 1871, rendant compte dans la Suisse radicale d’un ouvrage sur la Commune, il montrait comment le mouvement avait échoué parce que trop de révolutionnaires rêvaient encore centralisation et autorité, alors que s’imposait la libre fédération des communes autonomes.
Le 26 octobre, il lança, avec la collaboration de Razoua, A. Arnould*, André Léo, L. Marchand, J. Guesde*, B. Malon*, G. Lefrançais*, le premier numéro de la Révolution sociale, hebdomadaire communaliste qui allait devenir, le mois suivant, après le congrès de Sonvilier, le 12 novembre, l’organe de la Fédération jurassienne mais cessa bientôt, faute d’argent, de paraître (4 janvier 1872).
Dans le Bulletin de la Fédération jurassienne, qui succéda le 15 février à la Révolution sociale, Claris prit également une position très hostile au Conseil général. En février 1873, il devint le correspondant du Bulletin pour la Section de propagande et d’action révolutionnaire socialiste de Genève constituée le 8 septembre 1871, sur l’initiative de proscrits français, et qu’il représenta avec Joukovsky* au 6e Congrès de l’Internationale (antiautoritaire) à Genève (1er-6 septembre 1873).
Il fut, avec son codélégué, secrétaire du bureau provisoire. Positions donc hostiles à l’Internationale « marxiste », mais qui n’empêchèrent cependant pas Claris, dans son ouvrage, la Proscription française en Suisse, 1871-1872, publié en octobre 1872, de renvoyer dos à dos minorité et majorité de la Commune, et de conseiller aux Communards, à quelque tendance qu’ils appartiennent, de présenter un front uni face à leurs ennemis.
Claris milita également à la Société des proscrits qui, en proie aux querelles intestines, disparut au début de 1872. Il aida alors au fonctionnement de la coopérative de consommation La Marmite sociale, qui vint en aide aux proscrits dans le besoin, et fut un des animateurs de la Solidarité, nouvelle société des proscrits qui fonctionnait en 1875.
À partir de 1875, Claris semble avoir abandonné la Section de propagande et s’être éloigné des éléments « antiautoritaires » de la proscription. Pour la suite de sa biographie, voir le DBMOF.
Il mourut presque aveugle, retiré chez son frère au Vésinet, le 9 décembre 1916.

ŒUVRES : La Proscription française en Suisse, 1871-1872, Genève, 1872, 132 p., rééd. Paris, EDHIS 1968.

SOURCES : Archives Claris déposées à l’IFHS : papiers de famille et biographie rédigée par son fils Edmond. — Arch. PPo., B a/1012 et, passim, B a/432, a/433, a/434, a/436, a/438. — M. Vuilleumier, « Sur quelques proscrits de la Commune », Le Mouvement social, n° 44, juillet-septembre 1963 = DBMOF.

Notice revue par Michel Cordillot et résumée par Marianne Enckell

Version imprimable de cet article Version imprimable