CLARENSON Jules, Alexandre, Gabriel [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Marianne Enckell

Né le 31 janvier 1867 à Saintes (Charente-Maritime), mort le 19 juillet 1927 à Saint-Jean-du-Maroni (Guyane) ; anarchiste illégaliste.

Militant anarchiste illégaliste, Jules Clarenson fut condamné le 20 décembre 1884, par la cour d’Assises de la Gironde, à 3 ans d’emprisonnement pour vol et tentative d’homicide. Libéré le 6 avril 1886, il fréquenta d’abord les milieux libertaires de Bordeaux avant de gagner Marseille. Interpellé, il blessa un agent de police à coups de revolver, ce qui lui valut à nouveau 3 ans de prison, peine qu’il purgea jusqu’16 septembre 1891.
Lors de tous ses procès, il joua la folie. Systématiquement envoyé en asile psychiatrique (Montperrin à Aix en Provence, Cadillac en Gironde), il en profita pour s’évader presque aussitôt.

Il rencontra alors Alexandre Jacob* et devint membre de son groupe de voleurs anarchistes Les travailleurs de la nuit. Il participa notamment au cambriolage le 6 octobre 1901 de la bijouterie Bourdin, 6 rue Quincampoix.

Arrêté en 1902 au casino de Monte-Carlo, il fut condamné le 22 mars 1905 à Amiens à 5 ans de travaux forcés, puis en appel à Laon, à 5 ans réclusion assortie de relégation, et envoyé au bagne de Guyane l’année suivante. En 1918 il parvenait à s’évader et à regagner la France où il fut arrêté à Nice et renvoyé au bagne. Le 17 juillet 1927 il s’évadait à nouveau, mais était capturé le 19 et sans doute tué.

Le journal Germinal d’Amiens publia dans son n°14, du 23 avril au 7 mai 1905, son poème La Cellule : « Un long voile de deuil vous couvre tout entier / Lorsqu’on franchit le seuil de la cellule infâme ! / Là vous n’existez plus ; de l’homme il n’est plus rien. / Vous êtes mort-vivant ; vous êtes corps sans âme. »

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153859, notice CLARENSON Jules, Alexandre, Gabriel [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Marianne Enckell, version mise en ligne le 4 avril 2014, dernière modification le 17 décembre 2015.

Par Rolf Dupuy, Marianne Enckell

SOURCES : ANOM, COL H 1697, matricule 9609 — Jean-Marc Delpech, Alexandre Jacob, l’honnête cambrioleur : Portrait d’un anarchiste (1879-1954), Lyon, ACL 2008 — blog Alexandre Jacob.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément