BERLIOZ-ARTHAUD Victor [Dictionnaire des anarchistes]

Par Maurice Moissonnier. Notice complétée par Laurent Gallet

Né le 4 février 1855 à Lyon (Rhône) ; marié, père de famille ; forgeron ; employé à la gare de Perrache ; militant anarchiste lyonnais.

Le 2 octobre 1882, Victor Berlioz-Arthaud, qui habitait 6, rue Delandine à Lyon, fut élu à la sous-commission de propagande et correspondance de la Fédération révolutionnaire lyonnaise et du journal L’Étendard révolutionnaire en remplacement de Trenta jeune et Crestin, démissionnaires. Peu après, il fut désigné pour se rendre à Genève le 11 novembre afin de remettre des secours à ceux des compagnons qui s’y étaient réfugiés pour se soustraire aux recherches de la justice et qui se trouvaient sans travail et sans ressources. Toutefois, il fut arrêté le 19 novembre 1882 pour affiliation à une société internationale. Impliqué dans le procès, dit Procès des 66, qui s’ouvrit à Lyon le 8 janvier 1883 devant le tribunal correctionnel, Berlioz-Artaud fut classé dans la première catégorie des prévenus (voir Bordat Toussaint) et prévenus d’avoir depuis moins de trois ans à Lyon ou sur toute autre partie du territoire français été affiliés ou fait acte d’affiliation à une association internationale et ayant pour but de provoquer à la suspension du travail, à l’abolition du droit de propriété, de la famille, de la patrie, de la religion et d’avoir ainsi commis un attentat contre la paix publique. Délits prévus et punis par les articles un et suivants de la loi du 14 mars 1872.

Lors du procès, il fut signataire de la déclaration de principes lu par Tressaud* à l’audience du 12 janvier 1883. Classé par le tribunal dans une première série parmi les moins responsables, il fut condamné le 19 janvier 1883 à six mois de prison, cinquante francs d’amende et cinq ans de privation des droits civils. Il fut libéré de la prison Saint Paul, à six heures du matin, le 19 juin suivant.

Déjà peu signalé par la police comme fréquentant les réunions politiques avant son arrestation, on ne le vit guère plus après sa sortie. Il assista néanmoins au banquet tenu au restaurant Rivoire, 242 avenue de Saxe, le 18 mars 1884, organisé par la commission de répartition de secours aux familles des détenus politiques à l’occasion de l’anniversaire de la Commune.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153809, notice BERLIOZ-ARTHAUD Victor [Dictionnaire des anarchistes] par Maurice Moissonnier. Notice complétée par Laurent Gallet, version mise en ligne le 3 avril 2014, dernière modification le 4 avril 2014.

Par Maurice Moissonnier. Notice complétée par Laurent Gallet

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 4M307, 2U433, 4M320. — Le Procès des Anarchistes devant la police correctionnelle et la cour d’appel de Lyon, Lyon, 1883. — M. Massard, "Histoire du mouvement anarchiste à Lyon, 1880-1894", DES, Lyon, 1954.

Version imprimable Signaler un complément