BRIQUAIRE Louis, Paul, Henri

Par Jean-Marie Conraud

Né le 11 août 1905 à Chalvraines (Haute-Marne), mort le 1er avril 1991 à Metz (Moselle) ; responsable CFTC du dépôt de Metz-Sablon ; responsable administratif de l’Union départementale interprofessionnelle CFTC de Moselle (1960-1965) ; militant du Mouvement populaire des familles (MPF).

D’origine paysanne, le père de Louis Briquaire tint un petit commerce de vins pendant un certain temps [« négociant » suivant l’acte de naissance], avant d’être embauché pour assurer la comptabilité d’une fromagerie. Il possédait par ailleurs une trentaine de ruches, ce qui apportait un petit complément aux revenus de la famille. Ayant poursuivi ses études jusqu’à l’obtention du brevet, Louis Briquaire fut embauché en 1925 à Saint-Dizier (Haute-Marne) comme agent administratif aux chemins de fer. Il se syndiqua aussitôt à la CFTC et adhéra à l’Association fraternelle des employés et ouvriers des chemins de fer. En 1928, il fut muté au dépôt de Pagny-sur-Moselle (Meurthe-et-Moselle) où, avec l’aide de Gaston Haillant, il constitua une section syndicale CFTC. L’année suivante, il fut de nouveau muté au dépôt de Metz-Frescaty (Moselle) où il rejoignit une section syndicale existante. Il assura le lien avec les structures syndicales des cheminots de la région Alsace-Lorraine. En 1936, il participa à l’organisation de meetings communs avec la CGT. En 1938, le dépôt de Frescaty étant supprimé, il rejoignit celui de Metz-Sablon où la section syndicale CFTC ne comptait que quelques membres alors que la CGT était massivement majoritaire dans cette entreprise de mille cent cheminots. Le dynamisme de Louis Briquaire fit passer la section de huit à trente membres en une année.
Pendant la débâcle de 1940, il refusa de se faire interner en Suisse et suivit un corps franc pour rejoindre une unité combattante. Expulsé par les Allemands, Louis Briquaire se retrouva au dépôt de Lyon-Mouche (Rhône). Il s’engagea dans la Résistance ferroviaire et dans « Témoignage Chrétien ». Désirant rejoindre sa famille en Lorraine, il fut arrêté. Libéré, il réussit à rejoindre le dépôt de Nancy où il retrouva Gaston Haillant. En 1945, il regagna son établissement d’origine à Metz-Sablon où la CFTC progressa rapidement.
Ouvert à l’interprofessionnel, Louis Briquaire organisa la solidarité avec les sidérurgistes en grève au printemps 1950. La grève d’août 1953, à laquelle sa section syndicale CFTC participa pendant douze jours, se termina dans une certaine confusion. Des adhérents démissionnèrent et un syndicat indépendant en profita pour s’implanter. La situation se stabilisa après un passage du secrétaire générale adjoint Paul Butet et la mise en place d’une caisse de grève.
Louis Briquaire prit sa retraite le 11 août 1960 et pendant les cinq premières années, il s’occupa de l’administration de l’Union départementale interprofessionnelle CFTC de Moselle. La pression étant très forte du côté des cheminots CFTC alsaciens, c’est avec beaucoup d’hésitation qu’il accepta l’évolution de la CFTC en CFDT. Il s’engagea alors activement dans l’organisation des retraités CFDT et notamment dans la mise sur pied d’une Union départementale interprofessionnelle des retraités. À Montigny-les-Metz où il habitait, il milita au « Carrefour montignien du troisième âge ». Il fut le rédacteur du journal de l’association pendant plusieurs années et mit ses connaissances et sa disponibilité au service de tous ceux qui se trouvaient en difficulté devant un dossier administratif.
Louis Briquaire fut également un militant familial au Mouvement populaire des familles et à l’Association populaire des aides familiales. Militant chrétien, il adhéra dès 1938 à l’Union catholique du personnel des chemins de fer et aux « Amis de Temps présent ». Il rejoignit également « les Équipes de Notre-Dame », un groupe d’Action catholique ouvrière (ACO) et les « Compagnons de Saint-François ».
Louis Briquaire s’était marié le 23 novembre 1931 avec Marie-Madeleine Ségault ; ils eurent cinq enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article1535, notice BRIQUAIRE Louis, Paul, Henri par Jean-Marie Conraud, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 juin 2012.

Par Jean-Marie Conraud

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé et par sa famille. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément