PETITJEAN Maurice, Vincent, Adolphe

Par Jacques Girault

Né le 28 décembre 1883 au Havre (Seine-Inférieure/Maritime), mort le 8 novembre 1963 à Bondy (Seine/Seine-Saint-Denis) ; instituteur à Bondy ; militant laïque.

Fils d’un modeleur, Maurice Petitjean, titulaire du brevet élémentaire, fut instituteur à Saint Ouen (Seine/Seine-Saint-Denis) puis à Bondy de 1904 à 1940 à l’école du Mainguy. Mobilisé en 1914, blessé, il se maria en février 1926 à Paris (IXe arr.) avec Lucienne Raphenne, dite « Lulu », employée de commerce, fille d’un inspecteur de nuit aux Galeries Lafayette.

Membre du Syndicat national des instituteurs, il animait les fêtes laïques, les cours de dessin industriel, de diction, de solfège. Dans les séances de cinéma, il présentait des films qu’il avait réalisés en Afrique. Il dirigeait l’association du « patronage laïque de la ville de Bondy » fondée en mars 1934 dont le siège était au stade municipal, route du Raincy, devenue avenue Henri Barbusse. Il fonctionnait depuis 1917 comme « amicale des anciens et anciennes élèves de Bondy » et, en 1939, 640 filles et garçons étaient inscrits, encadrés par six enseignants. Fonctionnait aussi à partir de 1928 l’association « Amicale sportive de Bondy ». Il participait aux fêtes scolaires et aux manifestations laïques, les équipes dans différentes activités sportives prenant part aux compétitions de la Fédération sportives et gymniques du travail et de la Fédération française d’athlétisme.

Petitjean jouait dans l’équipe de Bondy de football qu’il avait créée comme, à partir de 1919, les sections de natation, de volley-ball, de vélo, de gymnastique et de basket-ball féminine. Avec ses équipiers, il entreprit l’aménagement de deux courts de tennis sous le Front populaire. Il suivit à la fin de 1939 ses élèves repliés à Saint-Benoît-du-Sault (Indre) dans les locaux de la colonie de vacances municipale. Son épouse participait aux activités du patronage.

Il resta à la tête du patronage par décision de la délégation spéciale en octobre 1940. Il avait créé aussi en 1929 le Groupe rythmique féminine de Bondy et le dirigea jusqu’au début des années 1960.
Le stade accueillait toujours les évolutions de l’Union sportive municipale de Bondy qui succéda à l’ASB en 1950.

Le conseil municipal, le 14 février 1964, décida de donner au stade de la ville le nom de « stade Maurice Petitjean ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153123, notice PETITJEAN Maurice, Vincent, Adolphe par Jacques Girault, version mise en ligne le 6 février 2014, dernière modification le 6 février 2014.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Mun. Bondy.­ ­— BELLIK (Akim), La municipalité socialiste de Body sous Maurice Coutrot de 1947 à 1977, mémoire de maîtrise, 2003, Université de Paris 13. – Sites Internet sur Bondy.

Version imprimable Signaler un complément