ZBIRI Tahar [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né vers 1930 près de Bône (Annaba), syndicaliste CGT des mines de l’Ouenza  ; officier de l’ALN dans les Aurès, colonel commandant la wilaya 1 (1960-1962)  ; chef d’état-major de l’armée, officier démocrate opposé en 1967 au régime d’État militaire.

Au début des années 1950, Tahar Zbiri est chef d’équipe aux mines de l’Ouenza  ; il acquiert une solide formation syndicale à la CGT  ; c’est en syndicaliste nationaliste qu’il adhère au PPA-MTLD. Le 1er novembre 1954, il participe à la préparation de l’insurrection dans la région de Guelma. Arrêté et condamné à mort en 1955, il s’évade en novembre 1955 de la prison de Constantine avec Mostafa Ben Boulaïd. Il devient officier de l’ALN dans les maquis des Aurès. Entré au CNRA en 1959, avec le grade de colonel, il est commandant de la wilaya 1 de 1960 à 1962. En 1962, il contribue à faire passer les maquisards de la wilaya1 dans le camp du groupe de Tlemcen autour de Ben Bella.

Il reçoit le commandement de la 5e région militaire, prenant part à la réorganisation de l’Armée nationale populaire (ANP)  ; il est fait en 1963, chef d’état-major de l’armée, conservant le grade de colonel, alors le plus haut grade  ; le colonel Boumedienne est ministre de la Défense. Tahar Zbiri participe au coup d’État du 19 juin 1965 et devient membre du Conseil de la Révolution. Authentique partisan du socialisme et démocrate attentif aux appuis populaires, il s’insurge en décembre 1967, contre la place trop modeste faite aux maquisards au sein de l’ANP et contre le placement de faveur accordé aux anciens de l’armée française. Le mouvement échoue et le conduit en détention. Il s’exile et ne rentre en Algérie qu’après la mort de Houari Boumedienne.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article152597, notice ZBIRI Tahar [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 20 janvier 2014, dernière modification le 20 janvier 2014.

Par René Gallissot

SOURCE : B. Stora, Dictionnaire biographique des nationalistes algériens, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément