SANCHEZ Pierre [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Docker d’Oran (Algérie) ; à la tête du syndicat CGTU et CGT du port ; opposé à l’action des nationalistes à la CGT ; exclu du PCA en 1953.

Déjà à la fin des années 1920, P. Sanchez est un animateur du syndicat CGTU des dockers face au syndicat CGT en rivalité pour tenir la Bourse du travail. Communiste, il est présenté sur une liste dite du Bloc ouvrier et paysan aux élections municipales en 1929. Il est encore après 1945, le responsable communiste à la tête du syndicat CGT du port ; il est en 1949, membre de la CE de l’Union CGT d’Algérie des ports et docks ; en février 1950, il est arrêté lors de la grève très vive des dockers d’Oran sur la base de revendications sociales.

Très hostile à l’action des syndicalistes nationalistes du MTLD (Mouvement pour le tromphe des libertés démocratiques), minoritaires parmi les dockers syndiqués à la CGT, et très rigide sur ses positions de classe écartant la question nationale, P. Sanchez fait monter la tension en juillet 1953 en refusant d’appeler à un arrêt de travail lors des obsèques à Oran d’un des manifestants, militant du MTLD en France, tué par la charge policière sur les rangs algériens du défilé de la CGT au 14 juillet à Paris.

Il aurait été jusqu’à dire : « Pas de politique au syndicat ». Le secrétaire à l’organisation du PCA (Parti communiste algérien), Paul Caballero* est venu lui-même à Oran prononcer l’exclusion de Sanchez du parti. Celui-ci n’en reste pas moins à la CGT puis à l’UGSA ; il cède cependant le premier rôle à la tête des dockers d’Oran à Mohamed Boualem* qui impose l’algérianisation tout en étant une forte figure du PCA.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article152192, notice SANCHEZ Pierre [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 10 janvier 2014, dernière modification le 10 janvier 2014.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. Nat. Outre-mer, Aix-en-Provence, 11H57 et F159. — France, années 1920-1930 et son substitut, La Lutte des classes, mai 1929. — Le Travailleur algérien, 1947-1955. — E. Sivan, Communisme et nationalisme en Algérie, op.cit. — A. Abid, Mouvement syndical et luttes sociales en Oranie. 1942-1951, thèse de 3e cycle, Université de Paris 7, 1985. — N. Benallègue-Chaouia, Algérie. Mouvement ouvrier et question nationale, op.cit. — B. Bourouiba, Les syndicalistes algériens, op . cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément