MESNIL René

Né en 1907 au Gros-Morne (Martinique), mort le 29 août 2004 à Sainte-Luce (Martinique) ; professeur de philosophie ; dirigeant et intellectuel de communisme martiniquais.

Militant communiste pendant ses études à Paris au début des années 1930, René Mesnil participa à la publication du "Manifeste de Légitime défense" en 1932, texte qui dénonce le colonialisme comme l’assimilation..

Professeur de philosophie en Martinique, il fut un communiste actif par son combat culturel. En 1941, avec Aimé Césaire, Suzanne Césaire et Georges Gratiant, il publie en Martinique la revue Tropiques qui interdite deux ans plus tard.

Mesnil participa à la création, les 21 et 22 septembre 1957 du Parti communiste martiniquais, avec Georges Gratian, Léopold Bissol et Victor Lamon. Avec le PCM, il proposa en février 1960 un projet de statut pour la Martinique, territoire autonome. Son influen passait par sa revue trimestrielle Action de 1963 à 1981. Il collabora au journal du PCM, Justice.

En 1999, il reçut le Prix Franz Fanon pour son essai Antilles déjà jadis.

Il mourut à 96 ans en août 2004. Sa veuve, Geneviève Sézile-Mesnil, publia en 2008 son ouvrage posthume, Pour l’émancipation du peuple martiniquais, L’Harmattan.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article151387, notice MESNIL René, version mise en ligne le 23 décembre 2013, dernière modification le 23 décembre 2013.

OEUVRE : Tracées : identité, négritude, esthétique aux Antilles, Éditions Robert Laffont. — Pour l’émancipation et l’identité du peuple martiniquais, L’Harmattan, 2008.

SOURCES : Notes de Claude Pennetier. — RGASPI, Moscou, 240 17.

Version imprimable Signaler un complément