MASCLET Lucien

Par Paul Boulland, Michel Dreyfus

Né le 13 mars 1939 à Sorbiers (Loire) ; dessinateur EDF ; syndicaliste CFTC puis CFDT de Saint-Étienne (Loire), secrétaire (1970-1975) puis secrétaire général adjoint (1975-1980) de la Fédération CFDT Gaz-Electricité, responsable de la librairie confédérale de la CFDT.

Les grands-parents paternels et maternels de Lucien Masclet étaient des petits paysans de la Loire. Son père, élevé dans une famille de sept enfants, était allé à l’école jusqu’à l’âge de douze ans et devint livreur de charbon et de vin dans la région de Sorbiers où il s’établit après son mariage, avant de devenir mineur. Sa mère, qui avait obtenu son certificat d’études primaires, était sans profession. Avec ses deux sœurs, dont une jumelle, Lucien Masclet vécut une grande partie de son enfance dans le petit village rural de Sorbiers et au contact de ses grands-parents. Par l’intermédiaire de sa mère, catholique pratiquante, Lucien Masclet reçut une éducation religieuse. Il prit part aux activités des louveteaux et fut particulièrement marqué par les récits des missionnaires en Afrique. Sa famille paternelle était au contraire athée et Lucien Masclet fut également sensible au monde ouvrier et la solidarité des mineurs, à travers son père. En 1953, la famille s’installa à Saint-Étienne (Loire). Lucien Masclet s’impliqua dans les activités du patronage et se rapprocha de la JOC, sans y adhérer, au contraire de sa sœur jumelle. Après une formation en école privée primaire et professionnelle, Lucien Masclet obtint un CAP puis un Brevet d’études industrielles (BEI) en électricité. En 1956-1957, il suivit les cours de l’école nationale des métiers EDF de Scourdois — d’où il sortit major de sa promotion, électricien de réseau — puis, en 1957-1958, les cours de l’École de La Pérollière pour devenir dessinateur.

En septembre 1958, il fut embauché à l’EDF à Saint-Étienne, à la subdivision de Firminy (Loire), chargé de relever le tracé des câbles sur les chantiers. Dès son arrivée, il manifesta son souhait d’adhérer à la CFTC mais fut découragé par la responsable du syndicat car il était encore stagiaire. Après avoir effectué son service militaire dans l’Armée de l’Air en Algérie, de mai 1959 à août 1961, il travailla au Centre de distribution de Saint-Étienne puis fut muté au GRPH de la Loire en 1962 comme dessinateur génie civil. Il était chargé de la topographie, du dessin et de la surveillance des chantiers des barrages.

Adhérent de la CFTC à partir de 1962, il milita au syndicat de Saint-Étienne. Partisan de la déconfessionnalisation de la CFTC, en 1964, il déploya une grande activité pour rallier les membres du syndicat à cette position, finalement acceptée par une courte majorité de 55 % des membres. Il fut désigné au comité directeur (catégorie A, désignée par les régions) de la Fédération Gaz-Électricité en 1965, en tant que représentant de la Région EDF de Saint-Étienne-Clermont-Le Puy-Vichy. Il fut également membre du bureau de l’Union départementale de la Loire en tant que représentant des secteurs nationalisés en 1967. La même année, en novembre, il fut élu au bureau de la Fédération CFDT Gaz-Électricité à l’issue de son XXIe congrès (Issy-les-Moulineaux, novembre 1967). Il fut chargé du secteur jeunesse et de la mise en place des branches verticales. Au congrès suivant (Guidel, avril 1970) — il était alors secrétaire adjoint du syndicat de Saint-Étienne — il fut élu secrétaire fédéral, comme responsable à l’organisation. Il devint alors permanent à temps plein et vint s’établir en région parisienne. Il fut réélu lors du congrès suivant (Tours, mars 1973) et devint secrétaire général adjoint de Gérard Tiersen* à l’issue du XXVe congrès (Lille, mai 1978). Il prit alors en charge le secteur action professionnelle. Il représenta la Fédération CFDT à la Commission supérieure nationale du personnel (CSNP), à partir de 1972. À sa demande, il abandonna ses responsabilités syndicales lors du XXVIe congrès fédéral (Guidel, novembre 1980).

De 1980 à 1983, Lucien Masclet réintégra EDF comme agent technique principal hors classe à la région Équipement de Paris, service essentiellement chargé de l’équipement nucléaire. Il fut responsable des marchés pour l’acquisition des ponts roulants destinés aux centrales nucléaires. Toujours militant du syndicat CFDT, comme membre du bureau, il n’appréciait pas son nouvel emploi et choisit de se porter candidat au poste de responsable de la librairie confédérale. Entre 1983 à 1988, il fut chargé par la CFDT de suivre à la fois l’activité de la librairie, le secteur audiovisuel, la promotion des brochures et de l’agenda confédéral. En juin 1988, la confédération ayant décidé de supprimer le service audiovisuel et de donner son autonomie à la librairie, Lucien Masclet constitua une SARL dont il devint le gérant et où il travailla bénévolement à la tête d’une équipe de quatre personnes au service de la CFDT. Durant onze ans, il fut détaché sans solde pour fonction syndicale et prit officiellement sa retraite en 1993 mais continua de travailler au sein de la librairie, jusqu’à sa fermeture en 1999. En 2002, il partit s’établir dans l’Hérault où il reprit son activité syndicale parmi les retraités, notamment à l’initiative de Guy Guyot*. Il devint secrétaire général de l’Union territoriale des retraités CFDT de l’Hérault, jusqu’en 2011.

Dans les années 1970, Lucien Masclet fut également responsable de la FCPE à Gonesse (Val-d’Oise) où il contribua aux activités en faveur de la construction de nouvelles écoles primaires, puis à Sarcelles (Val-d’Oise) comme président de la FCPE au sein du lycée technique. En lien avec son activité au sein des parents d’élèves, il adhéra au Parti socialiste, à Gonesse, entre 1975 et 1977, pour soutenir l’action de la section locale dans la perspective des élections municipales.

Marié en 1961, Lucien Masclet eut quatre enfants avant de divorcer en 1983. Il se remaria et eut un cinquième enfant, avant de divorcer à nouveau en 1993.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article149187, notice MASCLET Lucien par Paul Boulland, Michel Dreyfus, version mise en ligne le 30 septembre 2013, dernière modification le 30 septembre 2013.

Par Paul Boulland, Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. de la FGE-CFDT (Congrès fédéraux, boîtes 1 J 6-25). —Gaz-Électricité, n° 172 (décembre 1967), 191 (mai 1970), 211 (avril 1973), 228 (décembre 1975). — Renseignements fournis par l’intéressé (janvier 1996). — Entretien avec Lucien Masclet (décembre 2011).

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément