MONTDARGENT Robert [biographie en cours]

Par Claude Pennetier

Né le 7 juin 1934 à Paris (XIIe arr.) ; tailleur puis journaliste ; secrétaire de la fédération communiste de Seine-et-Oise à partir de 1964, premier secrétaire de la fédération du Val-d’Oise à partir de 1966 ; membre du comité central du PCF à partir de 1970 ; député d’Argenteuil de 1974 à 1993, maire d’Argenteuil de 1977 à 1995.

Robert Montdargent
Robert Montdargent

Fils de Maurice Montdargent, modéliste de haute-couture et de Berthe Varois, Robert Montdargent se maria le 25 janvier 1958 avec Charlotte Pamphile. Le couple eut deux enfants : Béatrice et Christophe.

Il fit ses études au lycée Montaigne et au lycée Louis-le-Grand, exerça le métier de tailleur et devint rédacteur à la Renaissance du Val-d’Oise en 1964. La même année, à trente ans, il entra au secrétariat de la fédération communiste de Seine-et-Oise et devint premier secrétaire de la nouvelle fédération du Val-d’Oise en 1966. Organisateur, bon communicateur, sa promotion fut rapide : en 1970, il entra au comité central. En 1974, il fut député de la 3e circonscription de Bezons, en remplacement de Léon Feix décédé, devenant ainsi un lointain successeur de Gabriel Péri, député communiste d’Argenteuil à l’époque du Front populaire. Cette référence le marqua durablement. Comme lui il choisit la commission des affaires étrangères dont il fut, comme lui, vice-président. Dans le groupe communiste de l’assemblée, il était chargé des questions de l’Aéronautique. Il publia deux ouvrages .

Robert Montdargent exerça la fonction de conseiller régional de l’Ile-de-France de 1978 à 1986.

Orateur brillant, esprit indépendant dans les années 1980, ce communiste refondateur, se vit progressivement écarter de ses fonctions au début des années 1990. Il fut battu aux élections législatives d’avril1993, ouvrant ainsi la voie à sa marginalisation politique. Ses adjoints et les conseillers généraux communistes menèrent contre lui une politique de déstabilisation pour le faire renoncer au renouvellement de son mandat municipal. Attaché à sa fonction de maire, il se présenta sans succès aux élections municipales de 1995, le Parti communistelui ayant opposé une liste conduite par Roger Ouvrard (maire de 1995 à 2001) avec le soutien du socialiste Manuel Valls. Montdargent n’avait pourtant pas été exclu du Parti communiste. La droite et les socialistes lui reprochaient une politique urbaine ambitieuse qui avait créé une dette considérable.

Il s’éloigna alors d’Argenteuil et n’y revint qu’en janvier 2011 pour les vœux du maire socialiste Philippe Doucet, provocant la colère des élus communistes qui refusèrent de s’afficher à ses côtés.

Robert Montdargent se passionna pour la vie de Gabriel Péri et lui consacra un livre soulignant les tensions entre le député d’Aubervilliers et le Parti communiste pendant les années 1939-1941.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article148925, notice MONTDARGENT Robert [biographie en cours] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 27 octobre 2013, dernière modification le 5 décembre 2014.

Par Claude Pennetier

Robert Montdargent
Robert Montdargent

OEUVRE : Pour l’aéronautique, 1978. — 1993 : le défit aérospatial français, 1999. — Gabriel Péri. La double loyauté, Le Temps des cerises, 2001.

SOURCES : Témoignage. — Who’s who. — Libération, 17 mai 1995. — Publications de Robert Mondargent.

Version imprimable Signaler un complément