DEPONTHIEU Aimé, Eugène

Par Didier Bigorgne

Né le 3 décembre 1875 à Haraucourt (Ardennes), mort le 9 avril 1966 à Vrigne-aux-Bois (Ardennes) ; ouvrier métallurgiste ; militant socialiste et communiste ; maire de Vrigne-aux-Bois (1925-1940, puis 1944-1945).

Fils de Gustave Deponthieu, ouvrier mouleur, et d’Adèle Simon, mère au foyer, Aimé Deponthieu exerça aussi le métier de mouleur à Vrigne-aux-Bois, d’abord à la fonderie Apparuit, puis chez Tillet. Veuf de Marie Noémie Jacob depuis le 2 mars 1901, il épousa , en secondes noces, Jeanne Marie Lamberty, sans profession, le 17 février 1925 à Vrigne-aux-Bois. Il fut père de deux enfants (un garçon et une fille).

En 1904, Aimé Deponthieu qui militait au cercle socialiste ’’L’Avant-Garde’’, fut élu conseiller municipal de Vrigne-aux-Bois. Avec l’unité en 1905, il rejoignit le Parti socialiste SFIO. Réélu avec cette étiquette à partir de 1908, il occupa la fonction de deuxième adjoint de 1912 à 1919, puis celle de premier adjoint jusqu’en 1925.

Après la scission du congrès de Tours (25-30 décembre 1920), Aimé Deponthieu adhéra au Parti communiste avec d’autres élus du Sedanais. Le 14 mai 1922, il fut le candidat de son nouveau parti aux élections pour le conseil d’arrondissement dans le canton de Sedan-Nord ; il échoua en obtenant 1 131 voix sur 3 918 inscrits et 2 550 votants. Par contre, il conduisit la liste d’Union ouvrière à la victoire aux élections municipales des 3 et 10 mai 1925 et devint maire de Vrigne-aux-Bois. Aimé Deponthieu avait réintégré le Parti socialiste SFIO quand il fut reconduit dans sa fonction de maire après le nouveau succès électoral du 5 mai 1929. Il demeura maire de Vrigne-aux-Bois jusqu’à sa destitution par le gouvernement de Vichy en juillet 1940.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Aimé Deponthieu rejoignit sa famille réfugiée à Challans (Vendée). De retour à Vrigne-aux Bois en 1942, il retrouva son poste de maire à la Libération. Aux élections municipales d’avril-mai 1945, il conduisit la liste socialiste qui fut battue par la liste d’Union républicaine présentée par le Parti communiste et la Résistance. Après cet échec, il quitta définitivement la vie politique locale.

Aimé Deponthieu mourut, à Vrigne-aux-Bois, à son domicile de la place de la Gare qui porte son nom depuis 1968.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article148882, notice DEPONTHIEU Aimé, Eugène par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 17 septembre 2013, dernière modification le 25 juin 2015.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes, 1M 15 ; 3M6, 8 et 9. — Le Socialiste Ardennais, 1919 à 1935. — Presse locale. — Renseignements fournis par Maurice Deponthieu, fils de l’intéressé. — État civil de Haraucourt et de Vrigne-aux Bois.

Version imprimable Signaler un complément