BUSSIÈRE Raymond, écrit parfois BUSSIÈRES Raymond [Gaziers-électriciens]

Par André Lavergne, Julien Lucchini, André Perinaud

Né le 16 octobre 1928 à Nevers (Nièvre), mort le 14 mai 2008 à Fourchambault ; comptable EDF ; militant communiste, secrétaire de la fédération PCF de la Nièvre (1956-1972), maire de Fourchambault (Nièvre) (1977-1989), conseiller général de la Nièvre (1982-2001).

Né à Nevers dans le quartier populaire du Tonkin, fils de Fernand Bussière, employé EDF et Gilberte Mallet, Raymond Bussière fut marqué profondément par la Résistance.

À dix-sept ans, il adhéra au PCF, six mois plus tard il s’engagea pour 5 ans dans la marine. Il accompagna la lutte de Henri Martin qui refusa de poursuivre la guerre d’Indochine, puis le long combat pour la paix en Algérie.

Il fut membre du bureau fédéral PCF de la Nièvre et du secrétariat de la section de Nevers de 1954 à 1956. Cette année-là, il rejoignit le secrétariat fédéral où il fut chargé des questions de propagande. De 1957 à 1972, il occupa la responsabilité de secrétaire de la fédération PCF de la Nièvre.

Pendant seize années, après son acceptation de mise en disponibilité de EDF, il fut secrétaire permanent de la Fédération PCF de la Nièvre de 1967 à 1972.
À plusieurs reprises, il fut candidat aux élections législatives dans la circonscription de Nevers. En 1965, il conduisit une liste de rassemblement à gauche (15 PCF, 12 SFIO, 4 PSU) aux élections municipales de Nevers avec un très bon résultat.

François Mitterrand poussa Louis Mermaz à se présenter Louis Mermaz. Les résultats de la liste menée par Raymond Bussière furent : premier tour : UNR 7660, PCF SFIO PSU : 6 143, UDSR 3 535. Deuxième tour : UNR : 9 799, PCF SFIO PSU : 7 919. Les voix de l’UDSR semblent pas être allées à gauche.
Raymond Bussière fut également candidat du PCF aux élections sénatoriales avec Paulette Lavergne en 1992.

Résidant à Fourchambault en 1971, il fut candidat aux élections municipales sur la liste conduite par Maurice Besson et devint premier adjoint. En 1977, il devint maire et le resta jusqu’en 1989. De 1982 à 2001, il succéda à Maurice Besson comme conseiller général et fut vice-président du conseil général.
Il fut chevalier de l’Ordre du Mérite National.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article148487, notice BUSSIÈRE Raymond, écrit parfois BUSSIÈRES Raymond [Gaziers-électriciens] par André Lavergne, Julien Lucchini, André Perinaud, version mise en ligne le 27 août 2013, dernière modification le 20 août 2014.

Par André Lavergne, Julien Lucchini, André Perinaud

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — l’Humanité, 29 mai 2008.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément