BERGERON Yves

Par Paul Boulland

Né le 16 août 1926 à Remiremont (Vosges) ; ingénieur EDF ; syndicaliste CGT, secrétaire du syndicat GNC de Gap (Hautes-Alpes), administrateur de la CMCAS de Gap (1953-1963 et 1988-1992) ; militant communiste.

Yves Bergeron
Yves Bergeron

Le père d’Yves Bergeron, Marcel Bergeron, ingénieur puis inspecteur général d’EDF, résistant, fut l’un des artisans du projet de nationalisation des industries électrique et gazière aux côtés de Marcel Paul*. Sa mère, Marie Chiron, était sans profession. Yves Bergeron obtint en 1948 le diplôme d’ingénieur de l’École spéciale de mécanique et d’électricité. Il fut embauché à EDF le 8 décembre 1948, en qualité d’ingénieur stagiaire au Groupement régional de production thermique (GRPT) de région parisienne. Il fut alors affecté à la centrale thermique d’Issy-les-Moulineaux (Seine, Hauts-de-Seine). D’avril 1949 à avril 1950, il effectua son service militaire et obtint le grade d’aspirant. Il ne fut réintégré à la centrale d’Issy-les-Moulineaux qu’en juin 1950, sur l’intervention d’un responsable du GNC. Après avoir participé à un débrayage début novembre 1950, il reçut un avertissement et vit sa titularisation remise en cause. En mars 1951, il participa aux grèves et subit les reproches de sa direction pour avoir pris la parole lors de l’assemblée générale des agents. En juin 1951, il fut muté au centre de distribution de Paris-Électricité. Après avoir occupé divers postes, Yves Bergeron fut affecté au centre de distribution de Gap, en avril 1952, toujours comme ingénieur stagiaire au service technique. Sa titularisation n’intervint qu’en juillet 1952.

À partir de 1953, aux côtés d’Élysée Bonaiti*, secrétaire du syndicat et président de la CMCAS de Gap, Yves Bergeron prit la direction du syndicat GNC et devint secrétaire de la CMCAS. Selon le témoignage d’Yves Bergeron, les relations entre direction et syndicats furent particulièrement tendues entre 1954 et 1959 et la progression de sa carrière professionnelle en fit les frais, ce qui conduisit René Le Guen* à intervenir plusieurs fois en sa faveur. En juin 1963, il fut finalement nommé au poste d’adjoint au chef du service technique de Chambéry. Il abandonna alors ses mandats syndicats, tout en restant membre du GNC. Il poursuivit sa carrière comme chef du département exploitation au centre de Versailles (Yvelines) à partir de 1970, et chef de la subdivision mixte de Versailles en 1977, jusqu’à sa mise en inactivité de service en 1984. Ayant pris sa retraite à Gap, il siégea à nouveau comme administrateur de la CMCAS, de 1988 à 1992, et assura la fonction de trésorier.

Adhérent du Parti communiste à partir d’août 1946, Yves Bergeron fut membre de la commission de contrôle financier de la Fédération des Hautes-Alpes en 1961.

Marié à Paulette Bergeron, sans profession, Yves Bergeron est père de deux enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article148462, notice BERGERON Yves par Paul Boulland, version mise en ligne le 26 août 2013, dernière modification le 26 janvier 2018.

Par Paul Boulland

Yves Bergeron
Yves Bergeron

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. ― Témoignage écrit fourni par Yves Bergeron, juillet 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément