SIMONIN-MOREAU Éliane [née MOREAU]

Par Paul Boulland

Née le 7 juillet 1940 à Dinard (Ille-et-Vilaine) ; sténo-dactylo à la Préfecture de police de Paris puis à EDF-GDF ; syndicaliste CFTC puis CFTC maintenue de Paris, administratrice de la CMCAS Paris-Pyramide, secrétaire générale du Groupement fédéral des retraités ; adhérente UMP.

Le père d’Éliane Moreau, gardien de la paix à Paris, participa à la Résistance au sein des FFI et s’efforça de prévenir les Juifs menacés par les rafles durant la guerre. Le grand-père d’Éliane Moreau, J. Repussard fut membre du réseau de Résistance Libération-Nord, également au sein de la Préfecture de police de Paris. Sa mère était ouvrière mécanicienne en maroquinerie. Titulaire du certificat d’études primaires, d’un CAP, du Brevet d’études complémentaire (section commerciale) et de diplômes de sténo-dactylo, Éliane Moreau intégra la Préfecture de police de Paris en juin 1958, comme sténo-dactylo. En février 1962, elle entra à EDF-GDF en qualité de sténo-dactylo aux services comptables et financiers de Paris-Gaz. Elle devint ensuite secrétaire du chef de l’atelier mécanographique.

Adhérente de la CFTC à partir de janvier 1962, lorsqu’elle travaillait encore à la préfecture, Éliane Moreau ne suivit pas la création de la CFDT en 1964 et rejoignit la Fédération nationale des syndicats d’inspiration chrétienne du personnel des industries électrique et gazière (FNSIC, CFTC maintenue). Elle fut d’abord distributrice et collectrice puis déléguée de service. En 1969, elle fut détachée comme secrétaire administrative du syndicat CFTC Paris-Gaz et l’année suivante devint secrétaire générale adjointe du syndicat Paris-Vienne. De 1978 à 1994, elle fut secrétaire générale du syndicat Paris-Centre puis Paris-Pyramide. Au cours de cette même période, elle représenta la CFTC au sein du sous-comité et du comité mixte à la production, du comité local de la médecine du travail et du comité hygiène et sécurité. Élue administratrice de la CMCAS Paris-Pyramide de 1978 à 1993, elle siégea au sein des commissions « mutuelle » et « jeunesse » puis comme vice-présidente. Elle fut élue au conseil de la Fédération CFTC en 1990. Après sa mise en inactivité de service en 1995, elle devint secrétaire générale du Groupement fédéral des retraités (GFR).

Adhérente de l’UMP, Éliane Simonin-Moreau fut candidate sur la liste du parti aux élections municipales à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis).

Éliane Moreau avait épousé Henri Simonin, agent de maîtrise EDF-GDF. Militant CFTC au centre de Saint-Mandé (Val-de-Marne), il y siégea en commission secondaire et fut permanent de la fédération CFTC. Le couple eut une fille et un fils.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article148283, notice SIMONIN-MOREAU Éliane [née MOREAU] par Paul Boulland, version mise en ligne le 16 août 2013, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Paul Boulland

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressée (février 2010).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément