CHAMPENOIS André

Par Michel Dreyfus

Né en 1910 dans le département de l’Aisne, mort en juillet 1984 ; cadre de l’industrie électrique ; syndicaliste UNCM, vice-président de l’UNCM (1946-1950) ; administrateur d’EDF (1953-1963).

Ardennais par sa mère, André Champenois fut ingénieur diplômé de l’École des travaux publics et de l’École supérieure d’électricité. Il commença sa carrière en 1931 à Saint-Germain-en-Laye dans les Services de distribution d’énergie de la région parisienne dans le cadre du Groupement des secteurs de la banlieue parisienne et devint directeur adjoint de la Société d’électricité de Saint-Germain-en-Laye. Mobilisé en 1939 comme lieutenant de réserve d’artillerie, il participa à la bataille des Flandres et fut capturé à Dunkerque le 4 juin 1940. Il subit alors cinq années de captivité dans différents oflags en Allemagne durant lesquelles il continua à réfléchir aux problèmes liés à la production et à la distribution du gaz et de l’électricité. À son retour, il poursuivit son activité dans la banlieue parisienne jusqu’à la nationalisation des industries électrique et gazière. En octobre 1947, il fut nommé ingénieur chef des services techniques gaz et électricité du centre de distribution mixte d’Évreux où lui qui était électricien fit son apprentissage de gazier.

Entré dans la vie syndicale en 1936, il fut élu vice-président de l’Union nationale des cadres et de la maîtrise, Eau-Gaz-Électricité (UNCM) en mai 1946. D’avril à novembre 1948, il représenta l’UNCM à la Commission supérieure nationale du personnel (CSNP) où il fut remplacé par Robert Gallet de Santerre*.

Nommé chef du centre de distribution de Toul (Meurthe-et-Moselle) en 1950, il abandonna alors la vice-présidence de l’UNCM. Après avoir dirigé les centres de Perpignan (Pyrénées-Orientales) et de Blois (Loir-et-Cher), il revint dans la région parisienne comme chef adjoint du centre Île-de-France Sud à Bourg-la-Reine durant cinq ans avant de partir comme chef de centre à Marseille (Bouches-du-Rhône) où il resta jusqu’en 1969, date de son départ à la retraite. Par décret du 21 janvier 1953, il avait été nommé, sur proposition de l’UNCM, administrateur d’EDF en remplacement d’Henri Cornat* ; il le fut jusqu’en décembre 1963.

André Champenois était titulaire de la Croix de guerre 1939-1945, de la Croix des services militaires et avait été décoré le 29 décembre 1959 de la Croix de chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147688, notice CHAMPENOIS André par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 9 juillet 2013, dernière modification le 18 septembre 2013.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Bulletin de quinzaine, n° 8 (septembre 1946), 47 (avril 1948), 117 (mai 1951), 153 (janvier 1953) et 340 (mai 1961). — Présence Énergie, n° 717 (novembre-décembre 1984).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément