PEATIER André, Pierre

Par Pierre Bonnaud Jacques Girault

Né le 11 janvier 1909 à Sainte-Eulalie (Ardèche), mort le 20 février 1978 à Valence (Drôme) ; instituteur ; maire communiste de Saint-Apollinaire de Rias (Ardèche).

Fils d’un instituteur, André Péatier, instituteur à l’école du hameau des Baraques à Saint-Apollinaire de Rias, dans le canton de Vernoux, se maria avec Yvonne Couret dont les parents tenaient un café-restaurant, seul commerce de la commune.Le couple n’eut pas d’enfants.

Membre du Parti communiste clandestin depuis 1941-1942, il participa à l’organisation des réseaux de « planques » avec le concours de cultivateurs locaux et de ses beaux-parents. Dans cette région de la haute Ardèche, marquée par le protestantisme et l’esprit républicain, les Juifs furent particulièrement bien accueillis. Péatier s’occupa tout particulièrement d’une famille juive avec leurs deux enfants de novembre 1942 à la fin de la guerre. Il fut reconnu en 1979 comme « Juste » avec deux autres habitants de la commune.

En 1943, des communistes de la vallée du Rhône, l’instituteur Gabriel Curinier, responsable du Front national à Tournon et Clément Delhomme dit Paul*, de la commission des cadres à Tain-l’Hermitage, lui envoyèrent des réfractaires au Service du travail obligatoire qui furent les premières recrues des maquis FTPF. En mars 1944, Péatier organisa l’accueil des combattants du maquis de Toulaud après son repli consécutif à une attaque allemande.

Membre du Parti communiste français officiellement depuis la Libération, après la conférence régionale du PCF, le 18 mars 1945, il devint membre du comité fédéral. Secrétaire de la section communiste de Vernoux, il fut élu maire de Saint-Apollinaire de Rias après avoir été longtemps secrétaire de mairie. Il fut candidat au Conseil général dans le canton de Vernoux en septembre 1945, puis en 1958, 1964 et 1970.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147530, notice PEATIER André, Pierre par Pierre Bonnaud Jacques Girault, version mise en ligne le 26 juin 2013, dernière modification le 8 juillet 2013.

Par Pierre Bonnaud Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — A. Demontès, L’Ardèche martyre, Largentière, 1946 (p. 168) . — Sylvette Béraud-Williams, Entre silence et oubli, mémoire d’un quotidien rural oublié, Edition Les Rias, 2009. — La voix du peuple de l’Ardèche et La voix de l’Ardèche (1944-1947). — Témoignages de Raoul Galataud, fondateur des maquis FTP en Ardèche, et de Marcel Mazel, ancien secrétaire fédéral du PCF. — Divers sites Internet dont celui de Saint-Apollinaire de Rias.

Version imprimable Signaler un complément