PAVIER Jean, André

Par Gaëtan Sourice

Né et mort à Montpellier (Hérault), 4 avril 1922-2 décembre 1987 ; militant des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active.

Fils d’un sous-officier dans le quatrième régiment du Génie en résidence à Grenoble, Jean Pavier y effectua toutes ses études, notamment au lycée Champollion jusqu’au baccalauréat (série mathématiques) en juillet 1941. Très tôt, il milita au sein des Eclaireurs de France, dont il gravit de nombreux échelons de responsabilité.

Il entra aux CEMEA de Grenoble en 1945 comme instructeur permanent aux côtés de Jean Planchon (1945-1950). Délégué régional des CEMEA de l’académie de Strasbourg au début des années 1950 pendant deux ans puis dans l’académie Lyon pendant douze ans, il devint délégué national de 1965 à 1978.

Il se maria en avril 1947 à Grenoble (Isère) avec Yvette Borel, originaire de Die (Drôme), alors cheftaine aux Éclaireurs de France, indiquée comme secrétaire sur le registre d’état civil qui fit carrière aux CEMEA. Le couple, qui avait deux enfants, habitait 21 avenue du colonel Fabien à Vitry (Seine/Val de Marne) dans les années 1960.

En 1967, Pavier assurait le secrétariat des "Rencontres de Jeunes" fondées en 1955 dans le cadre des rencontres internationales à l’initiative des CEMEA. Il devint membre du comité de rédaction de la revue des CEMEA Vers l’éducation nouvelle à partir de janvier 1968.

Après l’acquisition par les CEMEA du centre de Gignac-Aniane (Hérault), Pavier s’investit beaucoup, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, dans les travaux d’aménagement et organisa, pendant plusieurs étés, des chantiers réunissant des instructeurs bénévoles pour faire avancer les travaux. A la fin de sa carrière, il assura la direction-gestion du centre Henri Laborde, de 1978 à 1982-1983. Il acheta sa propre maison à Aniane. Administrateur de l’association nationale et de l’association régionale des CEMEA Languedoc Roussillon, il partit en pré-retraite en 1982.

Comme tous les instructeurs des CEMEA, Pavier dirigea de nombreuses colonies de vacances et stages de formation de moniteurs et directeurs de colonies de vacances. Il agit également dans le champ psychiatrique, notamment à Lyon auprès de l’hôpital du Vinatier. De l’été 1966 à l’été 1978, il fut gérant de la revue Vie sociale et traitement des CEMEA.

Pavier soutint en 1976 une thèse de doctorat « Organisation et direction de stages courts d’animation socio-éducative » à l’Université de Paris VIII.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147523, notice PAVIER Jean, André par Gaëtan Sourice, version mise en ligne le 26 juin 2013, dernière modification le 4 décembre 2018.

Par Gaëtan Sourice

SOURCES : APPO B13, 43458 (dossier Bonissel). — Arch. Dép. Val-de-Marne, fonds CEMEA n° 512J (dossier de personnel, papiers provenant de la manifestation organisée par les CEMEA après son décès, nécrologie parue dans Le Dauphiné Libéré (8 décembre 1987). —Notes de Bertrand Chavaroche, de Jacques Girault et de Jean-Marie Michel.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément