PARENT Marcel, André

Par Jacques Girault

Né le 29 novembre 1932 au Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne) ; enseignant ; militant syndicaliste ; militant socialiste ; adjoint au maire de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Son père Camille Parent, fils d’un cultivateur, élu socialiste SFIO, fut tour à tour cultivateur, maçon, conducteur-mécanicien au métro de Paris, puis ouvrier et contremaître dans la centrale hydro-électrique du Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne). Il fut un des responsables de la région limousine du Parti communiste dont il démissionna à la signature du pacte germano-soviétique. Élève du cours complémentaire du Pont-Neuf à Limoges, Marcel Parent entra à l’École normale d’instituteurs de Versailles (Seine-et-Oise) en 1948. Instituteur à Versailles (1952-1953, puis surveillant à l’École normale (1953-1957), il fut admis à l’Institut préparatoire aux enseignements de second degré de Paris en 1957. Après avoir obtenu une licence et un diplôme d’études supérieures, il fut reçu au CAPES (1952) de lettres modernes. Tour à tour professeur aux lycées de Douai (Nord, 1959-1964), de Massy (Essonne, 1964-1966), au lycée pilote de Montgeron (Essonne, 1966-1971), il devint principal du collège de Grigny (Essonne, 1971-1973), puis proviseur des lycées de Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne, 1973-1980), de Châtenay-Malabry (1980-1984). Agrégé en 1981 par promotion interne, inspecteur pédagogique régional chargé des établissements et de la vie scolaire dans les académies d’Amiens (1984-1988) puis de Versailles (1988-1997), il termina sa carrière en 1998 comme chargé de mission d’inspection générale.

Marcel Parent effectua son service militaire dans le train des équipages en région parisienne puis en Algérie (janvier 1960-avril 1962). Il épousa en août 1955 à Argy (Indre) une future professeur, agrégée de lettres modernes. Le couple, marié à l’Église, fit baptiser ses trois enfants, Parent étant lui-même athée.

Marcel Parent, membre du Syndicat national des instituteurs puis du Syndicat national de l’enseignement secondaire, fut secrétaire de la section syndicale (S1) du lycée de Massy en 1965-1966. Par la suite, il fut secrétaire départemental entre 1976 et 1979 au Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale. Il siégea dans les conseils d’administration des sections de l’Essonne de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusqu’en 1980 et de l’Office central de la coopération à l’école.

Marcel Parent adhéra au Parti socialiste SFIO en 1956 à Versailles. Il milita dans les sections socialistes de Douai, de Draveil et de Châtenay-Malabry. Membre du conseil national des Jeunesses et Étudiants socialistes (1958-1960), il fut le secrétaire national des étudiants socialistes (septembre 1959-janvier 1960). Secrétaire général de la Fédération socialiste SFIO de l’Essonne (1964-1969), délégué à l’information pour l’Essonne de la Fédération de la gauche démocrate et socialiste puis secrétaire départemental de la FGDS, il intervint souvent lors de congrès nationaux de la SFIO entre 1967 et 1969 et dans des réunions du conseil national en 1968-1969 sur des thèmes appelant au rassemblement des forces socialistes et aux luttes sur le terrain social pour mieux collaborer avec le Parti communiste. Dans le même temps, il présida le Centre d’études et de promotion sociale de l’Essonne.

Marcel Parent, candidat FGDS aux élections cantonales à Juvisy-Draveil (Essonne) en octobre 1967, arriva en troisième position. Élu conseiller municipal sur la liste d’Union de la gauche à direction socialiste de Châtenay-Malabry en 1983, délégué à la politique de la ville, réélu en 1989, il devint maire-adjoint délégué au logement (1989-1995) puis à l’urbanisme (1992-1995). La liste fut battue aux élections municipales et il demeura élu minoritaire (1995-2001).

Parallèlement, Marcel Parent écrivait dans la presse socialiste (articles dans Luttes, journal de la jeunesse et des étudiants socialistes et dans La Gazette et dans 91 Essonne, hebdomadaires départementaux). Il appartenait à diverses associations littéraires (société des lecteurs de Jean Paulhan, association des études nizaniennes). Élu en 2006 membre du bureau de l’association des amis du Musée de la Résistance et de la Déportation de la Haute-Vienne, il coordonna son colloque, le 24 mars 2007, « Communisme et Résistance de Georges Guingouin » et la publication de ses actes (Paris, Le Temps des Cerises, 2008).

En septembre 2006, Parent participa au numéro de la revue Commune] dans la rubrique « Lettre ouverte à ceux qui se réclament de la gauche » où il appelait à « la refondation d’un grand parti de gauche » fidèle aux enseignements de Jaurès, de la Commune et du Front populaire. Toujours socialiste, en 2006-2007, il « portait un regard très critique sur la direction du Parti socialiste, dénonçant une perte de repères idéologiques et une dérive libérale ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147475, notice PARENT Marcel, André par Jacques Girault, version mise en ligne le 24 juin 2013, dernière modification le 24 juin 2013.

Par Jacques Girault

ŒUVRES : Parmi les dix ouvrages figurant au catalogue de la Bibliothèque nationale, figurent cinq romans ou essais parus aux éditions Geneviève Pastre de 1997 (Chronique romanesque du temps de l’Imposture) à 2002 (Chemins d’école en liberté), trois ouvrages parus aux éditions Le temps des Cerises en 2003 (Butte Rouge. Histoire d’une piscine), en 2005 (Camarade Camille, militant communiste limousin) à 2006 (Georges Guingouin, les écrits et les actes). S’ajoute Paulhan citoyen, conseiller municipal de Châtenay-Malabry (1935-1941), Gallimard, 2006

SOURCES : Arch. Com. Châtenay-Malabry. — Arch. Fondation Jean Jaurès, 12 EF 91. — Presse nationale et locale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément