PARC Jean, Adrien

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

Né le 29 septembre 1905 à Saint-Martin des Champs (Finistère), mort le 23 janvier 1997 à Cugand (Vendée) ; professeur de mathématiques ; militant du SNES et de la FEN en Loire-Inférieure/Atlantique.

Fils d’un instituteur, Jean Parc, titulaire du baccalauréat en 1925, effectua son service militaire en 1925-1926. Inscrit à la faculté des Sciences de Rennes, il obtint des certificats d’études supérieures (mathématiques générales en 1928, calcul intégral et différentiel en 1930, mécanique rationnelle et mécanique en 1935, physique en 1939 et fut reconnu licencié ès sciences en 1939.

Tout au long de ses études, Jean Parc fut maître d’internat (lycée La Tour d’Auvergne à Quimper [Finistère] en 1926, collège de Dinan [Côtes du Nord/d’Armor] en 1927, lycée de Nantes (Loire-Inférieure/Atlantique) en 1928). Recommandé par le député-maire socialiste SFIO de Saint-Nazaire, François Blancho, il devint répétiteur au collège Aristide Briand de Saint-Nazaire en 1932, où il se chargea de la bibliothèque classique. Il militait alors au Syndicat national des professeurs adjoints, répétiteurs et répétitrices et était secrétaire adjoint de la section académique de Rennes. Nommé répétiteur au lycée Clemenceau de Nantes en 1937, il fut titularisé comme professeur adjoint en 1939 et milita alors au Syndicat du personnel de l’enseignement secondaire affilié à la CGT.

Jean Parc s’était marié en juillet 1932 à Saint-Nazaire avec une institutrice d’école maternelle qui continua à enseigner dans cette ville. Le couple eut trois enfants.

Mobilisé comme maréchal des logis dans l’infanterie de septembre 1939 à août 1940, il combattit en Lorraine et dans la Somme.

A la Libération, après avoir été candidat pour un poste de surveillant général, il fut nommé sur un tel poste au lycée de Quimper mais refusa car sa femme, institutrice à Nantes, ne put obtenir son ineat dans le Finistère. Aussi fut-il délégué sur un poste de professeur de mathématiques au lycée Jules Verne de Nantes en décembre 1945. Titularisé quatre ans plus tard, il fut nommé en 1951 à l’annexe de Chantenay du lycée où il prit sa retraite en 1966.

Jean Parc fut très actif lors de l’organisation des « classes nouvelles » et fut chef d’équipe à partir de 1949 puis il fit partie du groupe de professeurs organisant les stages de mathématiques pour la reconversion de leurs collègues au début des années 1960.

Il militait au Syndicat national de l’enseignement secondaire et à la Fédération de l’Éducation nationale dont il fut secrétaire départemental en 1947-1948 puis il eut la responsabilité de secrétaire de la section départementale (S2) du SNES à partir de 1949. Il fut candidat non élu à la commission administrative nationale de son syndicat sur la liste « B » en 1958 et 1960 et siégeait à la CA académique de Rennes. Quand fut créée l’académie de Nantes en 1962, il devint le premier secrétaire de la section académique (S3), tout en étant toujours secrétaire du S2. Il demeura secrétaire du S3 jusqu’à sa retraite en 1966. Il soutint activement Gérard Roulic, militant du Syndicat national de l’enseignement technique, quand celui-ci devint secrétaire départemental de la FEN sur proposition de Georges Lauré, en l’absence de candidat « autonome », et participa avec efficacité et enthousiasme au processus de fusion entre le SNES et le SNET.

Il habitait 49, avenue Julien à Nantes et termina sa vie à la maison de santé « La Chimotaie » en Vendée de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147472, notice PARC Jean, Adrien par Alain Dalançon, Jacques Girault, version mise en ligne le 24 juin 2013, dernière modification le 26 septembre 2013.

Par Alain Dalançon, Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F1728762. — Arch. IRHSES. — Témoignage de Gérard Roulic.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément