RIGOLLET Lucien, Auguste, François [dit Mercier]

Par Daniel Grason

Né le 6 mars 1920 à Champigny-sur-Marne (Seine, Val-de-Marne), fusillé le 23 octobre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; ajusteur-mécanicien ; militant communiste ; résistant membre des FTPF à Champigny-sur-Marne.

Fils d’un opérateur électricien et d’une couturière, Lucien Rigollet se maria dans sa commune natale en février 1940 avec Marcelle Houet. Le couple demeurait 31 bis route de Villiers à Champigny-sur-Marne. Il eut une fille Nicole, née en mars 1942.
Lucien Rigollet travaillait à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine) chez Daimler-Benz et signa un contrat d’un an comme travailleur volontaire chez Daimler-Benz à Stuttgart (Allemagne). Il effectua des distributions de tracts du Parti communiste à Champigny-sur-Marne. En avril 1943, il devint membre appointé des Francs-tireurs et partisans (FTP) et prit part à plusieurs actions avec Auguste Eude et Georges Bauce, notamment le 20 avril 1943, une bombe incendiaire fut jetée dans une entreprise d’ameublement de Champigny-sur-Marne.
Le 21 avril, les FTP dérobèrent une automobile Citroën à Saint-Mandé (Seine, Val-de-Marne), le véhicule tomba en panne et fut abandonné. À la fin avril, un engin explosif fut déposé sur la voie ferrée à Vaumoise (Oise). Le 7 mai, ils attaquèrent au pistolet un entrepreneur de déménagement de Champigny-sur-Marne. Lucien Rigollet participa à d’autres sabotages et grenadages en mai et juin.
Des inspecteurs de la Brigade spéciale no 2 (BS2) l’interpellèrent le 19 juillet 1943, et il fut battu lors d’interrogatoires dans les locaux des BS. Le 23 juillet, une dizaine de militants et FTP du secteur de Champigny-sur Marne furent arrêtés, dont Pierre-Marie Derrien, Augustin Taravella, Jean Savu et Louis Noger.
Lucien Rigollet comparut le 15 octobre 1943 devant le tribunal du Gross Paris, rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), qui le condamna à mort pour « activité de franc-tireur ». Il fut passé par les armes le 23 octobre 1943 au Mont-Valérien avec Auguste Eude, Jean Savu, Augustin Taravella, Pierre-Marie Derrien, Georges Bauce, René Minier et Louis Noger.
Lucien Rigollet fut inhumé dans le carré des corps restitués aux familles dans le cimetière d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne). Son nom figure sur le monument aux morts de Champigny-sur-Marne, mais il est peu présent dans la mémoire campinoise.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147401, notice RIGOLLET Lucien, Auguste, François [dit Mercier] par Daniel Grason, version mise en ligne le 22 juin 2013, dernière modification le 6 mars 2017.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 1752, BA 2117, BA 2298. – DAVCC, Caen, Boîte 5 B VIII dossier 4 (Notes Thomas Pouty, Annie Pennetier). – Site Internet Mémoire des Hommes. – Mémorial GenWeb. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément