ROUZIER Maurice, Georges

Né le 30 octobre 1944 à Beaumont-en-Véron (Indre-et-Loire), mort le 29 octobre 2012 à Tours (Indre-et-Loire) ; enseignant, historien ; secrétaire fédéral communiste des Deux-Sèvres (1980-1990) ; secrétaire de la section de Niort du PCF (1990–2000) puis militant d’Indre-et-Loire.

Maurice Rouzier
Maurice Rouzier

Fils de Georges Rouzier (né en 1914), agriculteur et de Raymonde Jusseaume (née en 1922), femme d’agriculteur, Maurice Rouzier était l’aîné d’une famille de deux enfants. Pendant ces études secondaires au lycée de Chinon, il créa le cercle des Jeunesses communistes puis adhéra au PCF montrant une appétence très forte pour les activités militantes, diffusant chaque semaine une quinzaine d’Humanité-Dimanche.

En 1964, il débuta des études de géographie à l’université de Tours. Et il continua de militer au PCF, menant notamment le combat anti-colonialiste. Il y rencontra Maryse Geoffroy, élève infirmière et militante communiste qu’il épousa en mars 1967 à Clion (Indre). Elle sera plus tard conseillère municipale communiste de la ville de Niort (1977-2001).

Maurice Rouzier poursuit ses études de géographie à Toulouse (Haute-Garonne) où Maryse travaillait en tant qu’infirmière. Il fut un animateur, avec les Étudiants communistes, des événements de mai 1968 à la faculté de géographie.

Après sa formation à l’ENNA, Maurice Rouzier fut nommé professeur de français et d’histoire-géographie au Centre professionnel du lycée technique de Niort, en septembre 1974. Puis il fut muté au lycée professionnel de la Carrosserie en 1975 pour y exercer des fonctions identiques. Syndiqué à la CGT, il y anima la vie de la cellule du PCF regroupant des enseignants de ces deux établissements. Après 1981, il participa à la rénovation de l’enseignement du français dans les lycées professionnels ainsi qu’à la mise en place des Bac professionnels.

Durant les années 1980, Maurice Rouzier exerça différentes responsabilités au sein de la section et de la fédération PCF des Deux-Sèvres. En 1988, il fut candidat pour le PCF à l’élection cantonale de Mauléon. Il basa sa campagne sur la nécessité de création d’un collège public en liaison avec une association déjà existante. Parallèlement, Maurice Rouzier commença à recueillir des témoignages d’anciens résistants communistes en vue d’écrire un livre sur l’histoire de la résistance communiste dans les Deux-Sèvres.

En 1990, Maurice Rouzier fut élu premier secrétaire de la section de Niort du PCF. On peut citer comme faits marquants la gestion politique du retrait des délégations des huit adjoints communistes par le maire socialiste de l’époque, Bernard Bellec et l’engagement, en 1995, de la section de Niort du PCF auprès de Bernard Bellec (maire sortant et représentant désigné par section), contre Ségolène Royal (instigatrice d’une seconde liste socialiste localement dissidente, mais ayant l’investiture nationale). Il fut candidat pour le PCF à l’élection cantonale de Niort-Nord en 1994. Il s’était aussi engagé dans la vie de son quartier en étant vice-président du comité de quartier de Goise au début des années 2000.

En 1993, il avait obtenu une promotion et été nommé comme professeur d’histoire-géographie au collège de Fontanes à Niort.

En 2004, Maurice Rouzier prit sa retraite et emménagea aussitôt à Beaumont-en-Véron, une petite ville d’Indre-et-Loire. Il continua de militer au sein de la section de Chinon du PCF, pour laquelle, il fut candidat à l’élection cantonale de Richelieu en 2011, axant sa campagne sur le besoin d’un aménagement du territoire en lien avec la fermeture programmée des centrales nucléaires de Chinon.

Ses recherches sur la Résistance l’amenèrent à participer aux travaux du Maitron et du Dictionnaire des fusillés sous la direction de Jean-Pierre Besse. Il publia, peu avant son décès, son ouvrage Jeunes Résistants en Nord Deux-Sèvres. Au cœur de l’OS 680 (Geste Éditions). À sa mort brusque, il laissa une importante documentation inédite sur la Résistance régionale.

Personnage chaleureux, ouvert, coopératif, il était apprécié des milieux historiens qu’il fréquentait.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147141, notice ROUZIER Maurice, Georges, version mise en ligne le 8 juin 2013, dernière modification le 26 janvier 2015.
Maurice Rouzier
Maurice Rouzier

ŒUVRE : Jeunes Résistants en Nord Deux-Sèvres. Au cœur de l’OS 680, Niort, Geste Éditions, 2012.

SOURCES Renseignements communiqués par son fils, Stéphane Rouzier. — Témoignages.— Note de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément