MOREAU Lucien

Par Odette Hardy-Hémery, Claude Pennetier, Frédéric Stévenot

Né le 5 octobre 1904 à Arleux (Nord), fusillé comme otage le 26 septembre 1941 à Lille (Nord) ; comptable ; militant communiste ; résistant de l’OSC.

Fils de Louis Joseph Moreau, ajusteur, et de Marie Lobry, ménagère, Lucien Moreau était employé des mines, comptable, et domicilié à Waziers (Nord). Il avait adhéré au Parti communiste dans les années 1930 et renoua avec le Parti communiste clandestin au tout début de l’Occupation.
Marié le 12 septembre 1927 à Douai (Nord) avec Gabrielle Bultel et père de deux enfants, Lucien Moreau était un syndicaliste clandestin actif et un militant communiste. Résistant membre de l’Organisation spéciale (OS), il fut arrêté le 20 septembre 1941 à Waziers par la Feldgendarmerie. Emprisonné à Douai puis à Loos-lès-Lille (Nord) à partir du 25 septembre 1941, sans jugement, il a été fusillé comme otage à la citadelle de Lille par les autorités allemandes le lendemain, en représailles à un vol d’explosif et d’attentats dans le Nord. Ce vol eut lieu dans la nuit du 22 au 23 septembre 1941, attribué à des « bandits armés – certainement des communistes ». Des attentats furent commis contre des trains de transport militaire et des trains français, dans le courant de la nuit suivante, ainsi que dans la journée du 25 septembre.
Le lendemain, Niehoff, commandant militaire pour la Belgique et le Nord de la France, ordonna l’exécution de vingt otages à la citadelle de Lille, « militants communistes particulièrement actifs », dont cinq se seraient suicidés par pendaison dans leur cellule.
En septembre 2012, une plaque fut apposée sur les lieux en hommage aux cinq fusillés du 15 septembre (Albert Deberdt, Louis Doisy, Joseph Noël, Henri Ployard et Hugo Zajak) et aux vingt du 26 septembre 1941.
L’exécution de Lucien Moreau fut annoncée dans l’Humanité clandestine du 2 octobre 1941.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147094, notice MOREAU Lucien par Odette Hardy-Hémery, Claude Pennetier, Frédéric Stévenot, version mise en ligne le 5 mars 2014, dernière modification le 6 mars 2017.

Par Odette Hardy-Hémery, Claude Pennetier, Frédéric Stévenot

SOURCES : DAVCC,Caen, B VIII, dossier 2 (Notes Thomas Pouty). – L’Humanité clandestine. – Arch. du Musée de la Résistance à Denain (Nord). – S. Klarsfeld, Le livre des otages, op. cit. – Site Internet du ministère de la Culture. – Plaque commémorative, citadelle de Lille. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément