NEUILLY Jean-Claude, Lucien, André

Par Gérard Boëldieu, Jacques Girault

Né le 4 décembre 1934 à Coutances (Manche) ; militant du PCF, conseiller municipal de La Fontaine Saint-Martin (Sarthe) de 1965 à 1977.

Fils d’un agent technique du service vicinal des Ponts et Chaussées qui avait huit enfants, Jean-Claude Neuilly, une fois titulaire du baccalauréat, travailla un temps aux Ponts et Chaussées à Avranches puis devint surveillant à La Flèche (Sarthe) où il connut Monique Porcher qu’il épousa en mars 1958 dans cette ville. Neuilly et son épouse débutèrent comme instituteurs remplaçants à Vivoin (Sarthe) cette même année. Ils adhérèrent au Syndicat national des instituteurs où ils militèrent parmi les « unitaires ». Après l’obtention du certificat d’aptitude pédagogique, en 1960, Neuilly effectua son service militaire dans l’infanterie comme soldat de deuxième classe. À son retour, ainsi que sa femme, il adhéra, en janvier 1963, au Parti communiste français à Maresché, commune voisine de Vivoin, dont le secrétaire de cellule était Robert Demelle, instituteur de cette commune.

À la rentrée scolaire de 1963, le couple quitta Vivoin pour Avessé (canton de Brûlon). Dans cette quasi « terre de mission » pour le PCF, en mars 1964, il fut candidat au Conseil général. Le sortant, élu en 1958, l’indépendant de gauche Alphonse Mayet (1901-1992), instituteur et maître agricole à Brûlon de 1933 à 1956, maire de Brûlon depuis 1947, l’emporta dès le premier tour.

Restés un an à Avessé, Jean-Claude Neuilly et sa femme rejoignirent, en octobre 1964, La Fontaine-Saint-Martin (canton de Pontvallain) où il accomplit, de 1965 à 1977, deux mandats successifs de conseiller municipal. Il appartenait à la section communiste de Mansigné, une commune proche, dont il assura le secrétariat. Il fut le suppléant du candidat communiste Henry Lelièvre aux élections législatives dans la troisième circonscription (La Flèche) en 1967. Secrétaire de sa sous-section syndicale de Pontvallain, son épouse siégea au conseil de la section sarthoise du SNI, une fois sa tendance, « Unité et Action », devenue majoritaire dans la section, en 1971.

À partir de 1978, Jean-Claude Neuilly fut instituteur à Saint-Gervais-en-Belin (canton d’Écommoy) pendant deux à trois ans et à Ruaudin (canton sud-est du Mans) pendant un an.

De 1982 à sa retraite, en 1990, il enseigna hors de France : à Sofia, dans un lycée bulgare de langue française jusqu’en 1988, ensuite au Portugal de 1988 à 1990 où il rejoignit sa femme enseignante à l’école française de Porto depuis 1986. Elle avait auparavant été en poste, à compter de 1980, en Irlande, à Dublin. Elle termina sa carrière dans la Sarthe, à La Ferté-Bernard.

Au début des années 1990, le couple, qui eut un garçon et une fille, s’installa sur Belle-Île (Morbihan).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article147023, notice NEUILLY Jean-Claude, Lucien, André par Gérard Boëldieu, Jacques Girault, version mise en ligne le 3 juin 2013, dernière modification le 3 juin 2013.

Par Gérard Boëldieu, Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Bulletin de l’Enseignement primaire. Département de la Sarthe. — Presse locale. — Entretiens téléphoniques de G. Boëldieu avec Jean-Claude Neuilly et sa femme (5 et 6 mars 2013).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément