SIMON Yves, Théophile

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 25 février 1921 à Bourbriac (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), fusillé le 8 juin 1944 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; coiffeur ; résistant au sein des FTPF.

Yves Simon
Yves Simon

Yves Simon était le fils de Jean-Marie Simon, cultivateur, et de Marie, Perrine Cadoudal, ménagère. Le 14 mai 1944, Yves Simon fut arrêté à Carhaix (Finistère). Le 7 juin 1944, il fut condamné à la peine de mort par le tribunal militaire allemand FK 748 de Rennes et fusillé le lendemain à la caserne du Colombier à Rennes, avec trente et un autres camarades, dont huit Républicains espagnols. Yves Simon avait vingt-trois ans.

Son nom figure sur Le monument du Colombier à Rennes.
On ignore l’endroit où il fut inhumé.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article146832, notice SIMON Yves, Théophile par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 28 mai 2013, dernière modification le 17 décembre 2018.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Yves Simon
Yves Simon

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 165J3, 1176W1, 1140W83. – DAVCC, Caen (Notes Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty). – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les lieux de mémoire », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – État civil, Bourbriac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément