PORTRON Albert, Jules

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Né le 7 juin 1914 à La Rochelle (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), fusillé le 15 juin 1944 à Paris (XVe arr.) ; employé de commerce ; membre du Parti communiste (PC) clandestin ; FTPF.

Albert Portron
Albert Portron

Albert Portron était le fils d’Ernest Portron et de Jeanne Laurans. Employé de commerce à Brest (Finistère), il épousa le 1er août 1936, à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), Jeanne Le Mansec, institutrice née en 1912 qui enseignait à l’école publique de Pleslin-Trigavou (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Le couple s’installa en 1938 dans le hameau de Saint-Quay en Plélo (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), où Mme Portron avait été nommée. Ils eurent deux enfants, nés en 1940 et 1942. Albert Portron, qui était employé de commerce à Saint-Brieuc, perdit son emploi après la Débâcle. Il travailla alors comme terrassier sur des chantiers à Guingamp. Le PCF clandestin fut pratiquement décapité dans les Côtes-du-Nord après les grandes arrestations d’août 1943. Sous l’impulsion de Louis Picard, les structures clandestines se reconstituèrent avec une nouvelle génération de militants. Très rapidement, la direction des FTP s’engagea dans les premiers déraillements de train, en particulier sur l’axe Paris-Brest. Ces opérations furent menées par le groupe « Félix Cadras » de Châtelaudren-Plouagat mis en place par André Cavelan au début de l’année 1943.
Les époux Portron étaient en contact avec la résistance communiste de la région depuis le printemps 1942. Albert Portron intégra le groupe dirigé pendant l’été 1943 par Pierre Malfoy et Jean-Baptiste Morvan. Le sabotage commis le 15 octobre 1943 sur la voie ferrée Paris-Brest au lieu-dit Kerfichart en Plouvara, provoquant le premier déraillement de train dans les Côtes-du-Nord, mit en mouvement toutes les forces de répression. Le 1er novembre 1943 vers 16 h 30, ayant blessé accidentellement sa fiancée, Agnès Mordelet, au domicile de celle-ci, Jean-Baptiste Morvan se rendit de lui-même à la brigade de Châtelaudren, où il fut arrêté par les gendarmes Broustal et Le Carnuzel. On trouva sur lui une photo d’Albert Portron. Deux heures plus tard, au bourg de Plélo, Le Carnuzel arrêta Albert Portron, porteur d’une arme, qui fut remise aux autorités allemandes. Incarcéré à la maison d’arrêt de Saint-Brieuc, dans le quartier allemand, il retrouva ses deux camarades Jean-Baptiste Morvan et René Thouément.
Albert Portron fut transféré à la maison d’arrêt Jacques-Cartier de Rennes (Ille-et-Vilaine), puis à celle Fresnes (Seine, Val-de-Marne) vers le mois de mars 1944. Le 1er juin 1944, il fut jugé avec ses quatre camarades FTP du groupe Cadras (Gilbert Le Taillandier, Jean-Baptiste Morvan, René Thouément et Hyacinthe Tilly) par un tribunal militaire allemand, condamné à la peine de mort pour activité FTP et fusillé le 15 juin 1944 au ministère de la Défense, direction générale des Armées, 2 bis avenue de la Porte-de-Sèvres (Paris, XVe arr.). À cet emplacement se trouvaient à l’époque les champs de tir de l’armée de l’air. Son décès a été constaté par un médecin allemand à 15 h 34. Albert Portron avait trente ans.
Le nom d’Albert Portron figure sur La plaque du ministère de la Défense à Paris XVème et sur La stèle du bourg de Plélo.
Jeanne Portron, dont les activités de Résistance furent reconnues à partir de mai 1942, termina sa carrière à Saint-Brieuc.

Site des Lieux de Mémoire du Comité pour l’Étude de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article146826, notice PORTRON Albert, Jules par Alain Prigent, Serge Tilly, version mise en ligne le 28 mai 2013, dernière modification le 17 décembre 2018.

Par Alain Prigent, Serge Tilly

Albert Portron
Albert Portron

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 1T1610, dossier professionnel de Mme Portron versé par l’Inspection académique ; 2W235, 1043W33 (activité du PCF de 1940-1944), 1140W2. – L’Aube Nouvelle, hebdomadaire de la fédération des Côtes-du-Nord du PCF (1945-1951). – Joseph Darsel, La Bretagne au combat, Éd. Le Signor, 1980. – Louis Pichouron, Mémoire d’un partisan breton, Presses universitaires de Bretagne, 1969. – Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), Saint-Brieuc, 2000. – Alain Prigent, Serge Tilly, « La Bataille du rail », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 8/9, 2000. – Alain Prigent, Serge Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011. – Serge Tilly, « L’occupation allemande dans les Côtes-du-Nord (1940-1944), Les lieux de mémoire », Les Cahiers de la Résistance populaire dans les Côtes-du-Nord, no 10, 2004 et no 11, 2005. – Manuscrit inédit de Jean Le Lévrier, membre du groupe Félix Cadras de Plouagat-Châtelaudren, déporté.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément