GOLDSTEIN Léopold

Par Daniel Grason

Né le 16 février 1930 à Paris XIIIe arr. ; pharmacien ; militant communiste.

Fils d’Israël Goldstein, ouvrier chapelier et de Szyfra, née Kachaner, casquettière, il devint français par déclaration le 31 janvier 1931. Léopold Goldstein eut une enfance marquée par la politique antisémite du gouvernement de Vichy et la guerre. Son père fut raflé le 19 août 1941 dans un café du IIIe arr. de Paris, il y eut ce jour-là une centaine de juifs arrêtés. Lors de la perquisition les policiers saisirent des cartes de la CGT et quatre tickets de métro périmés, découpés en forme de V surmontés d’une croix de Lorraine.

Interné à la caserne des Tourelles, XXe arr., puis le 22 août au camp de Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis) réservé aux juifs, Israël Goldstein fut enfin incarcéré à la prison allemande du Cherche-Midi, VIe arr. Il fut fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien à Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine).

Szyfra Goldstein quitta le logement du 11 Rue Saint-Gilles à Paris IIIe arr. avec Léopold pour échapper aux persécutions raciales, ils séjournèrent d’août 1942 à la fin 1944 à Pierres dans l’arrondissement de Chartres (Eure-et-Loir). De retour à Paris, ils retournèrent rue Saint-Gilles, elle travailla comme finisseuse en casquette, milita au conseil de la paix de l’arrondissement.

Léopold Goldstein fut adopté par la Nation le 22 juin 1946, très bon élève il poursuivit de brillantes études au lycée, puis s’inscrivit à la faculté de pharmacie de Paris, il obtenait le 25 juin 1954 le diplôme de pharmacien. Il milita dès 1950 au Parti communiste, fut secrétaire des étudiants communistes en pharmacie. Militant actif, il fut interpellé le 24 janvier 1951 lors de la manifestation contre le venue du général Eisenhower, puis le 4 juin 1952 alors qu’il participait aux distributions de tracts et à un collage d’affiches en protestation à l’arrestation de Jacques Duclos. Il était noté en 1957 comme l’un des pharmaciens communistes du département de la Seine. Léopold Goldstein quitta le Parti Communiste en 1970.

Un certificat de nationalité française lui fut délivré par le Tribunal d’instance du XIe arr. de Paris le 1er septembre 2003.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article146606, notice GOLDSTEIN Léopold par Daniel Grason, version mise en ligne le 20 mai 2013, dernière modification le 8 mars 2015.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo. 77W 1720. – État civil, Paris XIIIe arr.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément