GAILLARD René

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

Né le 22 janvier 1918 à Mougon (Deux-Sèvres), mort le 28 décembre 1985 à Niort  ; instituteur puis professeur  ; syndicaliste de l’enseignement dans les années 1950-1960  ; militant associatif du sport, militant laïque  ; maire socialiste de Niort (1971-1985), député (1973-1985), conseiller général (1970 à 1982).

René Gaillard
René Gaillard

La famille paternelle de René Gaillard comptait de nombreux maçons et tailleurs de pierre, mais son père, de retour du front après la Première Guerre mondiale, s’était reconverti dans l’agriculture. Sa mère, Berthe Morin appartenait à une famille d’agriculteurs. À l’âge de trois ans, il perdit accidentellement un œil, handicap qui le marqua profondément ; « aussi espiègle que bon élève », détenteur du certificat d’études, il entra en pension à Melle pour suivre l’École primaire supérieure qui le conduisit au brevet élémentaire et à l’École normale de Parthenay où il obtint le brevet supérieur. Dès 1938, il fut chargé du sport à l’École normale d’Albertville (Savoie).

Après avoir été mobilisé à Rennes et être devenu aspirant, il enseigna l’éducation physique à l’École normale de Parthenay où il entraîna l’équipe scolaire de football qui devint championne de France dans le cadre de l’UFOLEP. Instituteur à Niort en 1942, il continua à pratiquer le basket-ball et le hand-ball. Très vite attiré par le sport au Stade niortais, il y resta comme bénévole et entraîneur et devint professeur d’éducation physique. Il se maria en 1943 avec Paulette Guilleux, filles d’enseignants et enseignante elle-même. Professeur d’éducation physique à Saint-Maixent, il entra dans la Résistance et devint sous-lieutenant FFI puis lieutenant à la Libération.

En 1947, il passa avec succès les épreuves du professorat d’éducation physique et présida, deux ans plus tard, la commission nationale UFOLEP de hand-ball.

Président de la section départementale des Deux-Sèvres de la MGEN de 1950 à 1973 (il siégeait dans ses instances depuis 1947), secrétaire général de la FEN départementale en 1956. Il militait au syndicat national des professeurs d’EPS dirigé par un ancien normalien primaire de la Vienne voisine, Philippe Néaumet*, également socialiste, mais sans y occuper de responsabilités nationales. Il créa en 1957 l’Amicale laïque niortaise et en devint le secrétaire. Il était membre de la Ligue des droits de l’Homme.

Principal de collège(1970), René Gaillard fut militant des clubs Léo-Lagrange, il devint même président de la Fédération des instituts Léo Lagrange en 1983. Membre du Parti socialiste, secrétaire à la propagande de la fédération sociliste SFIO des Deux-Sèvres en 1960, conseiller municipal depuis 1959 aux côtés de son cousin, l’instituteur socialiste et résistant Raoul Auzanneau, René Gaillard, conseiller général de 1970 à 1982, succéda à Émile Bêche comme maire de Niort à partir de 1971 (avec comme premier adjoint le docteur André Clert), et siégea au Conseil national des élus socialistes et républicains. Il dirigeant la FGDS départementale en 1968. Vice-président des Maires de France (1977), très attaché aux relations transfrontalières des communes, il assura la fonction de secrétaire général de l’Union internationale des villes et pouvoirs locaux (IULA) en 1981. Sous sa mandature, la Foire de Niort prit une dimension internationale. Son œuvre fut considérable dans les domaines du sport, de la culture et de la vie associative (onze Maisons pour tous). Il s’attacha avec efficacité à l’organisation du hors temps scolaire et de la formation professionnelle liée aux spécificités du bassin d’emploi. Il fut président du conseil d’orientation et de surveillance de la Caisse d’épargne en 1985.

René Gaillard fut député de la 1re circonscription des Deux-Sèvres (Niort, Melle) de 1973 à son décès en 1985. Il travailla au sein de la commission de la production et des échanges et présida la commission des transports. Proche de Pierre Mauroy, il entra au comité directeur du PS au congrès de Pau en 1975 et siégea au la commission nationale de contrôle du PS en 1981. Il fut président de la commission spéciale chargée de vérifier les comptes et questeur de l’Assemblée nationale en 1984 et 1985. En 1982, il fut le 1er vice-président du conseil région du Poitou-Charentes.

Dans ses différents mandats, René Gaillard attacha une grande importance à l’économie sociale et solidaire dans la lignée de l’instituteur Edmond Proust, créateur de la MAAIF (future MAIF). Il fut de ceux qui contribuèrent à faire de Niort la capitale des mutuelles (MAIF [instituteurs, enseignants], MAAF [artisans et professions libérales], MACIF [commerçants et industriels], Inter-mutuelles assistance, CRAMA [caisse régionale d’assurance mutuelle agricole]) et coopératives (CAMIF, SMACL [collectivités territoriales et entreprises de l’économie sociale]. En 1975, il contribua fortement à créer le groupe parlementaire de la coopération et de la mutualité. Il assura la présidence de cette structure de dialogues et réflexion ayant vocation à proposer des solutions coopératives, mutualistes et associatives aux problèmes économiques et sociaux.

Surmené, il mourut à son domicile le 28 décembre 1985 à la suite d’une crise cardiaque. Laurent Fabius, Pierre Mauroy, Michel Crépeau, de nombreuses personnalités et deux mille personnes assistèrent à ses obsèques. L’instituteur socialiste Bernard Bellec lui succéda. Le stade de Niort porte son nom.

Il était père de cinq enfants dont plusieurs s’investirent activement dans la Ligue des droits de l’Homme, dans la vie laïque du département des Deux-Sèvres et au Parti socialiste  : Françoise, présidente de la Ligue des droits de l’Homme de Niort (1944-1999), Nicole (1945), Geneviève (1947), Catherine (1949), Jean-Pierre, délégué régional de la LDH (1959). Sa fille Geneviève Gaillard, devint députée des Deux-Sèvres en 1997 et maire de Niort en 2008.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article146325, notice GAILLARD René par Annie Pennetier, Claude Pennetier, version mise en ligne le 8 mai 2013, dernière modification le 11 mai 2013.

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

René Gaillard
René Gaillard
Sous le portrait de Jaurès
Sous le portrait de Jaurès
Équipe de hand-ball du Stade Niortais en 1943.
Équipe de hand-ball du Stade Niortais en 1943.
René Gaillard, 1re ligne au centre, derrière la coupe.
Couverture du livre d’hommage qui lui est consacré en 1987
Couverture du livre d’hommage qui lui est consacré en 1987

SOURCES  : René Gaillard, 1987, Niort [ouvrage d’hommage avec des témoignages]. — Témoignages. — bulletin de l’association des palmes académiques, amopa79.org/pages/cinquantenaire-amopa/hommes.../gaillard.htm‎. — Notes de Alain Dalançon.

Fimographie : reportage de FR3 à l’occasion de son décès. www.ina.fr/video/RXC04055603‎. René Gaillard parle des mutuelles : http://www.ina.fr/notice/voir/RXC04051546

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément