AXELROUD Joseph [dit Robert]

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

Né le 26 juin 1923 au Caire (Égypte), fusillé le 6 août 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; fourreur ; résistant FTP-MOI.

Joseph Axelroud était protégé britannique, et résidait sous l’identité de Luc, Jean, François au 19 rue des Partants à Paris (XXe arr.). Il était membre du 2e détachement FTP-MOI (détachement juif). Il lança le 9 avril 1943 vers 18 h 30 une grenade sur un détachement allemand, avenue Taillebourg (XIe arr.). Un cycliste français qui passait fut grièvement blessé et un soldat allemand plus légèrement.
Le 26 mai 1943, il tira au revolver sur le capitaine allemand Gaissart à l’angle du boulevard Malesherbes et de la rue Chauveau-Lagarde (VIIIe arr.). Un inspecteur de police et un passant intervinrent, Joseph Axelroud riposta, les blessa et parvint à s’enfuir.
Il se réfugia dans un garni au 8 rue Mercœur (XIe arr.), pensant ainsi échapper à la police. Le jour même, trois inspecteurs de la BS2 l’arrêtèrent. Ils interpellèrent au 6 de la Cité Condorcet son père Simon, interprète, et son frère Léon ainsi qu’Aron Blech, fourreur, domicilié à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, Val-de-Marne). Incarcéré à Fresnes, puis interné au camp de Drancy réservé aux juifs, Joseph Axelroud fut jugé le 30 juillet 1943 par le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas, à Paris (VIIIe arr.). Condamné à mort pour « coup de feu sur un officier allemand », il fut passé par les armes le 6 août au Mont-Valérien.
Simon Axelroud, son père, fut interné à Drancy, matricule 17546, et, le 27 mars 1944, il partit dans le convoi no 70 à destination d’Auschwitz (Pologne) où il mourut.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article145846, notice AXELROUD Joseph [dit Robert] par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason, version mise en ligne le 31 mars 2013, dernière modification le 16 février 2017.

Par Jean-Pierre Besse, Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 1752, BA 2102, BA 2117, BA 2297, PCF carton 14, rapports hebdomadaires sur l’activité communiste, KB 10. – DAVCC, Caen, Boîte 5 VIII dossier 4 (Notes Thomas Pouty). – David Diamant, Les juifs dans la Résistance française 1940-1944, Le Pavillon Roger Maria éditeur, 1971. – Boris Holban, Testament, Calmann-Lévy, 1989. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément