MITTENAERE Johnny

Par Jacques Girault

Né le 20 février 1935 à Tourcoing (Nord) ; instituteur dans le Nord ; militant syndicaliste ; militant communiste dans le Nord puis dans l’Hérault, conseiller municipal de Fenain (Nord) ; militant associatif.

Son père tisserand, souvent au chômage à la suite de répressions du Consortium textile, devint manutentionnaire. Communiste, il fut un des principaux résistants d’Halluin où il habitait avec son épouse indiquée comme « bacleuse » à l’état civil. Fileuse, elle fut déléguée syndicale à la Libération.

Johnny Mittenaere passa sa jeunesse à Halluin, fréquentant la Maison du Peuple dès 1945. Pionnier, diffuseur de Vaillant, il adhéra en 1949 à l’Union de la jeunesse républicaine de France. Diffuseur de L’Avant-Garde, il participa aux collectes de signatures contre la guerre et pour l’Appel de Stockholm. Délégué au troisième Congrès national de l’UJRF (décembre 1949), il fut délégué au festival de la Jeunesse à Berlin (1951). Il entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Douai en 1951.

Mittenaere se maria en juillet 1955 à Somain (Nord) avec Christiane, Françoise Canivet, née le 20 janvier 1936 à Somain, fille d’un commis livreur, normalienne de 1951 à 1955, devenu manœuvre mineur dans les années 1950 (selon la profession déclarée lors du mariage de sa fille), institutrice communiste depuis 1953. Le couple eut quatre enfants.

Ils eurent des postes doubles à Hordain (1955-1956, à Halluin (1956-1962), à Fenain (direction géminée, 1962-1966), à Neuville-en-Ferrain (comme directeur et adjointe, 1966-1978) puis il termina sa carrière, en 1991, comme directeur de l’école Jacques Brel à Roncq.

Mittenaere commença son service militaire comme soldat de deuxième classe dans l’artillerie à Le Fère (Aisne). " Soldat du refus ", après un entretien avec Pierre Bellefroid, responsable des Jeunesses communistes, il accepta, avec René Mercier, de partir en Algérie pour y militer à la fin mai 1958. « Etroitement surveillé », il ne put agir et fut libéré en juillet 1959 après la naissance de son deuxième enfant.

Mittenaere devint membre du Syndicat national des instituteurs en 1954 et fut élu à l’ENI secrétaire de la section syndicale des Normaliens. Il fit partie du conseil syndical de la section départementale du SNI entre 1964 et 1966. Il adhéra au SNUIPP dès 1991 comme retraité.

Il militait aussi dans les associations de parents d’élèves (création à Fenain en 1963 et à Neuville en 1966). Président (1972-1975) du conseil de parents d’élèves de la Fédération du conseil de parents d’élèves de la Fédération de conseils de parents d’élèves Cornec au collège Branly à Tourcoing, il présida l’association FCPE du lycée Gambetta à Tourcoing (1979-1982). De 1959 à 1962, il avait été secrétaire de l’amicale laïque d’Halluin qu’il avait contribué à créer en 1959. Par la suite, il milita dans les diverses amicales laïques, animateur notamment d’activités sportives et cinématographiques. Il participa à la création de l’amicale à son arrivée à Roncq en 1981.

Membre du Parti communiste français depuis janvier 1952 à l’école normale (cellule masculine puis à partir de 1953, cellule mixte, Mittenaere fut secrétaire de la cellule en 1953-1955. Il fut membre du bureau de la section communiste d’Halluin de 1959 à 1962, puis secrétaire à l’organisation de la section communiste de Fenain de 1964 à 1966 puis secrétaire de la section communiste de Neuville. Il suivit le stage pour les instituteurs communistes organisé par la direction du PCF en 1961 et une école centrale d’un mois du PCF en août 1972.

Les époux Mittenaere furent candidats aux diverses élections municipales (1959, Christiane à Halluin - plus jeune candidate -, Johnny élu à Fenain en 1965 pour une année, tête de la liste communiste à Neuville en 1971 qui précéda la liste socialiste conduite par Guy Allouche, secrétaire de la fédération socialiste, en neuvième position sur la liste PS-PCF à Neuville en 1977, Christiane élue à Roncq en 1983 mais démissionnaire à la demande de la fédération pour laisser la place à un socialiste, Johnny, troisième sur la liste communiste à Tourcoing en 1989, candidat sur la liste PS-PCF à Tourcoing en 1995). En outre, il fut candidat communiste au Conseil général dans le canton Tourcoing-Nord-Est en 1992. Habitant en 1996 Carlencas-et-Levas (Hérault), il devint secrétaire de la section communiste de Bédarieux (1999-2002). Restés « communistes de cœur et de raison », sans avoir leurs cartes depuis 2006, ils considéraient ne plus pouvoir militer dans une cellule du PCF en raison de leur instabilité résidentielle, habitant en effet alternativement dans le Nord et l’Hérault.

Mittenaere militait dans l’association France-République démocratique allemande. Président du comité de Tourcoing en 1973, secrétaire du comité départemental en 1977, membre du comité national, il s’opposa à la dissolution du comité départemental après la disparition de la RDA, participa à la création des Échanges franco-allemands dont il devint le secrétaire général du comité départemental. En 2013, il était membre honoraire du comité national des EFA.

Ils participèrent à la création, à l’initiative des communistes locaux, en 2000 d’un comité de l’environnement à Carlencas-et-Levas luttant pour l’arrêt de l’exploitation d’une carrière de haldes de bauxite qui déboucha sur la constitution en 2010 de l’association ACE2 (Action citoyenne et environnementale. Activités culturelles et éducatives) ayant pour but « la sauvegarde du patrimoine communal et l’amélioration du cadre de vie » autour du « site géologique de Carlencas-et-Levas ». Christiane Mittenaere en était la présidente alors que son mari en était le trésorier.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article145785, notice MITTENAERE Johnny par Jacques Girault, version mise en ligne le 27 mars 2013, dernière modification le 22 décembre 2015.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par les intéressés. —Divers sites Internet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément