VAILLANT Georges, Auguste

Par Louis Botella

Né le 28 décembre 1912 à Alger (Algérie), mort le 16 janvier 2000 à Nice (Alpes-Maritimes) ; artiste lyrique ; professeur de chant et d’art lyrique ; syndicaliste Force ouvrière (FO) du Spectacle.

Georges Vaillant était le fils de Louis, Auguste, juge de paix, et de Julie, Henriette Barthez, sans profession.

Il obtint le premier prix de chant de l’Opéra d’Alger en 1937. Basse, il se produisit en 1938 au Capitole de Toulouse puis dans différents autres opéras : Lyon, Nice, Marseille...

La Seconde guerre mondiale mit un terme, provisoire, à sa carrière en métropole. Il fut engagé en 1945 à Marseille, puis en 1947 à Liège et Bruxelles (Belgique). Il fut admis à l’Opéra de Paris le 15 février 1952. Il poursuivit alors une nouvelle carrière çà travers le monde.

Au plan syndical, il fut élu, lors de sa création, le 19 décembre 1958 à Paris, secrétaire général adjoint (ou vice-président, selon une autre source) de la section FO des artistes lyriques des théâtres nationaux, majoritaire parmi cette catégorie de personnel. Cette section fut affiliée à la Fédération syndicaliste FO du Spectacle.

Georges Vaillant quitta, en 1972, l’Opéra de Paris pour se consacrer à l’enseignement du chant et de l’art lyrique, notamment à Monaco.

Il se maria le 20 décembre 1939 à Paris (17e arr.) avec Lucienne Delpin, puis se remaria le 29 juillet 1944 dans sa ville natale avec Louise Constantin.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article145629, notice VAILLANT Georges, Auguste par Louis Botella, version mise en ligne le 18 mars 2013, dernière modification le 2 janvier 2014.

Par Louis Botella

SOURCES : Force Ouvrière,hebdomadaire de la CGT-FO, 1er janvier 1959. — Site Internet : www.artlyrique.fr. — Sources diverses. — Etat civil d’Alger (Notes de Barbara Bonazzi).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément