MERCOU Gaston, Ernest, Eugène

Par Éric Belouet

Né le 17 avril 1929 à Viroflay (Seine-et-Oise, Yvelines), mort le 15 novembre 2010 à Argenteuil (Val-d’Oise) ; ajusteur puis technicien vacances ; permanent de la JOC (1952-1955) ; membre de l’ACO (1957-1970) ; syndicaliste CFTC puis CFDT ; militant associatif, notamment dans le secteur du tourisme social, permanent du MLO (1960-1962) ; membre du GAM puis militant PS ; adjoint au maire de Saint-Leu-la-Forêt (Val-d’Oise) de 1977 à 1991.

Fils d’un plombier et d’une mère au foyer, tous deux militants associatifs (comité des fêtes), Gaston Mercou avait cinq sœurs et trois frères. Il fréquenta l’école publique et obtint le certificat d’études primaires. Il entra en apprentissage à la SNCF à Paris en 1943 et décrocha un CAP d’ajusteur quatre ans plus tard. D’avril 1947 à décembre 1951, il fut OP1 ajusteur, toujours à la SNCF à Paris, avec une interruption pour cause de service militaire d’avril 1949 à avril 1950.

Gaston Mercou avait adhéré à la JOC en 1946, à la section Petit-Bois de Montreuil (Seine, Seine-Saint-Denis). Il fut successivement responsable de cette section, responsable de la fédération de Versailles puis permanent national pour la région parisienne de janvier 1952 à janvier 1956, avec deux interruptions d’un mois chacune pour travailler comme ajusteur aux Constructions industrielles de Versailles (Yvelines) en septembre 1952, puis comme porteur aux NMPP en juillet 1953. Après son départ de la JOC, il se maria le 18 février 1956 avec Liliane Beorchia, elle-même ancienne permanente de la JOCF ; quatre enfants naquirent de cette union, dont une fille qui épousa le fils d’Eugène Descamps. Après être retourné à la SNCF à Paris pendant huit mois, Gaston Mercou travailla comme ajusteur P2 à Sud-Aviation à Courbevoie (Seine, Hauts-de-Seine) de septembre 1956 à octobre 1958, puis fut ouvrier à la Compagnie d’applications mécaniques SKF d’octobre 1958 à janvier 1960.

Membre de l’ACO de 1957 à 1970, il adhéra au MLO et aux APF en 1958 et fut permanent du MLO de février 1960 à février 1962. Il fut ensuite ajusteur P3, d’abord à la Société de lancement d’outillage (SLO) de février 1966 à juillet 1967, puis à l’entreprise LG (travail des métaux) de juillet 1967 à avril 1968.

Sur le plan associatif et professionnel, Gaston Mercou devait beaucoup s’investir dans le secteur du tourisme social. En 1960, il avait participé à la création de l’association Maison familiale vacances, dont il fut le trésorier jusqu’en 1974. Il redevint permanent du MLO (technicien vacances) de mai 1968 à mars 1969, puis demeura technicien vacances, mais cette fois à Vacances Tourisme Familles, 66 boulevard de Sébastopol à Paris, d’avril 1969 à janvier 1972. Il travailla ensuite à l’INVAC (19 rue d’Enghien à Paris) – association elle aussi du tourisme social – de février 1972 jusqu’à juin 1986.

Sur le plan syndical, Gaston Mercou militait depuis 1947 à la CFTC, puis milita à la CFDT après la déconfessionnalisation de cette centrale en 1964 ; il fut délégué et conseiller prud’homme. Politiquement, il fut d’abord membre du GAM (Groupe d’action municipale) vers 1970 et adhéra au PS en 1974. Cofondateur de la section de Saint-Leu-la-Forêt (Val-d’Oise), il en fut le secrétaire. Il se présenta à des élections municipales et cantonales et fut maire adjoint de la commune de 1977 à 1991.

Fondateur d’une association de locataires devenue conseil syndical de copropriété, il en fut le président pendant quelques années. En 1989, il devint administrateur d’un foyer de jeunes travailleurs et l’était toujours en 1997.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article143964, notice MERCOU Gaston, Ernest, Eugène par Éric Belouet, version mise en ligne le 5 janvier 2013, dernière modification le 19 septembre 2017.

Par Éric Belouet

SOURCES : Arch. JOC : fichier des anciens permanents (secrétariat général) ; appels de permanents, responsables, propagandistes, arrivées (44J-917E). — Questionnaire JOC, 1997. — Le Petit Saint-Loupien, journal des socialistes de Saint-Leu-la-Forêt, n° 8, janvier 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément