JACQUET Henri, Louis

Par Annie Pennetier

Né le 15 août 1889 à Ivoy-le-Pré (Cher), fusillé le 8 octobre 1943 à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) ; cultivateur ; résistant FTPF, groupe Chanzy.

Domicilié à Saint-Doulchard, résistant du Cher dans le groupe Chanzy, constitué le 3 décembre 1942, Henri Jacquet participa, à de nombreux sabotages ferroviaires et le 9 mars 1943, à la tentative d’attentat contre Marcel Déat à Arbouse (Nièvre), où ce dernier avait une résidence secondaire.
L’arrestation de l’interrégional Maurice Jenot, le 26 mars 1943 en gare d’Orléans, marqua le début d’une vague d’arrestations qui toucha plus de 120 personnes dans les départements d’Indre-et-Loire, du Cher et de la Nièvre. Le 4 avril, la police arrêta Louis Chevrin de retour à son domicile, à Saint-Doulchard Paul Girardot et Henri Jacquet, venus voir leur camarade tombèrent dans le piège. La police française SPAC le livra aux Allemands, qui l’internèrent à la prison de Bourges puis puis dans celle d’Orléans.
Traduit avec dix-sept autres personnes devant le tribunal militaire allemand de la Feldkommandantur 589 d’Orléans, le 30 septembre 1943, il fut condamné à mort le lendemain pour « actes de franc-tireur, résistant Francs-tireurs et partisans (FTP), état-major départemental du groupe Chanzy d’Orléans depuis mars 1943 ».
Fusillé au camp de Groues le 8 octobre 1943, parmi ses dix-sept camarades, il a été inhumé anonymement, tombe n°17, au cimetière de Chaingny (Loiret).

Dans un rapport le préfet du Cher se plaignit que les Allemands aient dessaisi son administration de cette affaire initialement totalement traitée par la police française.

A la demande du préfet régional, le tribunal de la Feldkommandantur fit savoir, le 23 octobre 1943, les noms correspondants aux numéros des tombes réparties dans quatre cimetières, les communes d’Ormes, Saran, Chaingy et Ingré.
Leurs corps furent exhumés en novembre 1944 et remis à leur famille.
Un hommage fervent des fusillés des Groues se perpétue.

Son nom est inscrit sur la plaque commémorative du stand de tir des Groues et sur celles de la Fédération communiste du Cher à Bourges.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article143864, notice JACQUET Henri, Louis par Annie Pennetier, version mise en ligne le 30 décembre 2012, dernière modification le 27 février 2017.

Par Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, BVII 3 et 4, Liste S 1744 312/43. — Arch. Dép. Cher, 1W. — Notes Maurice Renaudat. — André Chêne, Ceux du groupe Chanzy, 1993 .— La Résistance dans le Cher. 1940-1944, édité par l’association des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation de Bourges.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément