DONGA Pierre (Pierre DUFFOURC dit)

Par Michel Dixmier

Né le 8 septembre 1908 à Bayonne (Basses-Pyrénées) ; mort le 6 décembre 1976 ; artiste peintre, dessinateur engagé.

De père espagnol, abandonné par sa mère à l’Assistance publique, Pierre Donga passa son enfance dans des fermes où il travailla dès l’âge de huit ans.

Il fut mêlé, en France, dans les années 30, aux milieux espagnols d’avant-garde et participa à la guerre d’Espagne. Ensuite, journaliste engagé, il joua un rôle au temps du Front populaire.

Prisonnier en 1940, il s’évada, puis, Résistant, fut arrêté par la police française. Selon le témoignage de sa femme, il aurait été alors remis aux autorités espagnoles, torturé, condamné à mort avant de réussir à s’évader (?).

Artiste peintre, décorateur de théâtre, P. Donga travailla surtout comme journaliste et dessinateur de presse. Avant 1940, il collabora aux Hommes du Jour, à Paris-Soir. Après la Libération, il publia des articles et des dessins dans de nombreux journaux : L’Avant-Garde, La Vie Ouvrière, Regards, La Terre, L’Humanité, L’Humanité-Dimanche, etc., en se spécialisant comme journaliste judiciaire et sportif.

De sentiments communistes, Donga n’adhéra cependant pas au Parti communiste français. Il mourut d’une hémorragie cérébrale au cours d’une audience judiciaire à laquelle il assistait en tant que dessinateur.

Un important fonds de dessins de P. Donga a été remis par sa femme à la Bibliothèque nationale.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article142028, notice DONGA Pierre (Pierre DUFFOURC dit) par Michel Dixmier, version mise en ligne le 17 septembre 2012, dernière modification le 17 septembre 2012.

Par Michel Dixmier

SOURCES : Le Monde, 9 décembre 1976. — Lettre de sa femme, Mme G. Papillon-Donga, 23 février 1982. — Témoignage de F. Pottecher, mai 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément