MARC Jean, Émile

Par Jacques Girault

Né le 10 novembre 1921 à Saint-Affrique (Aveyron), mort le 20 février 1995 à Montauban (Tarn-et-Garonne) ; directeur du Centre départemental de documentation pédagogique ; militant socialiste SFIO dans le Tarn-et-Garonne.

Son père, blessé pendant la guerre en 1918, comptable (selon le registre de naissance), employé à la Compagnie de chemins de fer du Midi, devint chef de gare à Montauban, à Bordeaux (Gironde), aux Aubrais-Orléans (Loiret), puis de nouveau à Bordeaux. Jean Marc, élève du cours complémentaire de l’Ancien Collège à Montauban, entra à l’École normale d’instituteurs de Montauban en 1938. Nommé instituteur à Escatalens, envoyé aux chantiers de jeunesse à Castillon (Ariège), réfractaire au Service du travail obligatoire, il trouva sous une fausse identité un emploi d’ouvrier agricole à Loubéjac (Tarn-et-Garonne) puis participa aux combats pour la libération de Montauban en août 1944. Il effectua son service militaire dans le service de santé de l’armée de terre et le termina en septembre 1945 avec le grade de caporal-chef.

Marc fut nommé instituteur puis directeur de l’école de Falguières (1947-1955). Il entra en décembre 1955 au Centre départemental de la documentation pédagogique comme « instituteur tourneur », chargé de promouvoir le cinéma dans les écoles rurales. Il fut nommé directeur du CDDP du Tarn-et-Garonne à Montauban de 1967 à sa retraite en 1977.

Membre du Parti socialiste SFIO, Marc, membre de la commission exécutive et trésorier de la fédération socialiste SFIO du Tarn-et-Garonne pendant une quinzaine d’années, fut délégué départemental de la Fédération de la gauche démocratique et socialiste en 1966, puis le secrétaire au budget de la nouvelle fédération du Parti socialiste au début des années 1970.

Marc se maria en mars 1943 à Escatalens avec la fille d’un cultivateur. Le couple eut deux enfants. Veuf, remarié en décembre 1967 à Réalville (Tarn-et-Garonne), divorcé, Marc se remaria en juillet 1979 à Montauban.

Membre du comité directeur de l’Union française des auberges de jeunesse, journaliste sportif à Sud-Ouest à partir de 1958, trésorier de la Mutuelle assurances élèves pendant trente ans, il était aussi trésorier réseau PACT (Propagande et action contre les taudis) du Tarn-et-Garonne de 1975 à 1985. En outre, il présida la fédération bouliste (jeu lyonnais) du département et fut membre de la commission nationale de propagande du sport bouliste. En 1996, son nom fut donné à un boulodrome de Montauban.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140372, notice MARC Jean, Émile par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 avril 2012, dernière modification le 20 avril 2012.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. de l’OURS, fonds. FGDS, 2/APO/2. — Arch. Fondation Jean Jaurès, 12 EF 82. — Notes de Gilles Morin.

Version imprimable Signaler un complément