LUSSAULT Paul, Marcel

Par Jacques Girault, Gilles Morin

Né le 6 septembre 1928 à Bléré (Indre-et-Loire) ; professeur ; militant socialiste d’Indre-et-Loire ; secrétaire de la fédération socialiste d’Indre-et-Loire (1969-1981) ; membre du comité directeur du Parti socialiste (1971-1979, 1981).

Sa mère, couturière à sa naissance, cessa de travailler. Son père, ouvrier tourneur-mécanicien à sa naissance, devint cadre dans l’usinage mécanique (moteurs). « Républicain contestataire, pas hostile au Parti communiste », résistant, conseiller municipal de Tours, son père adhéra au Parti socialiste SFIO à la Libération. Paul Lussault reçut les premiers sacrements catholiques, puis s’engagea « rapidement sur les voies de l’athéisme et de l’anticléricalisme ». Elève du lycée Descartes à Tours, titulaire du baccalauréat, il fut élève-professeur à l’École normale supérieure de l’enseignement technique (section B, mécanique et dessin industriel) de 1952 à 1955.

Paul Lussault effectua son service militaire dans le Train des équipages en 1953-1954. Il se maria le 20 octobre 1954 à Tours (Indre-et-Loire) avec une professeure d’éducation physique. Le couple eut deux enfants. Pratiquant la natation sportive, il anima jusqu’en 1968 un club de natation tourangeau.

Professeur certifié au lycée technique Paul Louis Courier de Tours, puis au lycée technique de Saumur (Maine-et-Loire) où son épouse enseignait l’éducation physique, Paul Lussault revint comme professeur de dessin industriel et de mécanique aux lycées PL Courier puis Grandmont à Tours de 1959 à 1990. Membre « lointain » du Syndicat national de l’enseignement technique, puis du Syndicat national des enseignements de second degré, il soutenait la tendance « autonome » sans avoir de responsabilités.

Paul Lussault, militant socialiste de premier plan en Indre-et-Loire en 1960, membre de la commission exécutive fédérale, signa la motion fédérale pour le congrès national. Devenu secrétaire de la fédération à partir de 1968, premier secrétaire de la fédération du « nouveau » Parti socialiste de 1969 à 1981, il participa à tous les congrès nationaux. Il représenta le PS à de nombreuses manifestations, par exemple à un meeting départemental unitaire de la gauche en avril 1975.

Pour le congrès national extraordinaire de la SFIO de décembre 1968, il signa un « Appel aux militants », avec Pierre Mauroy et de nombreux anciens responsables des JS. Il était signataire de la motion Poperen* pour le congrès d’Épinay en juin 1971 et entra au comité directeur du Parti socialiste après celui-ci, siégeant au nom de la tendance Poperen. Il fut reconduit régulièrement dans les instances nationales du parti jusqu’à l’automne 1981.

Paul Lussault fut candidat au conseil général en 1961 dans le canton de Bléré. En lice aux élections législatives dans la première circonscription contre Jean Royer, maire de Tours, il arriva en troisième position derrière le candidat communiste en 1968 (étiquette socialiste SFIO, 6 063 voix sur 70 085 inscrits), en 1973 (PS, 9 661 voix sur 70 810 inscrits), en 1978 (PS, 13 538 voix sur 78 802 inscrits) et à une partielle du 9 mai 1976 où il obtint 21,5 % des suffrages (10 252 voix, soit pour la première fois plus que les voix du candidat communiste).

Au congrès de 1985, Paul Lussault siégea à la commission de vérification des mandats. Il continua à jouer un rôle dans le PS et fut notamment directeur-adjoint du cabinet de Jean Poperen*, ministre des relations avec le Parlement (juin 1988-novembre 1990). En 2008, il signa le texte « fiers d’être socialiste ».

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140352, notice LUSSAULT Paul, Marcel par Jacques Girault, Gilles Morin, version mise en ligne le 19 avril 2012, dernière modification le 26 avril 2013.

Par Jacques Girault, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1cII/704 ; 19860021/03 ; 20040455/5. — Arch. Fédération J. Jaurès, 9EF/1 ; 3EF78/2-5 ; 3EF81/3. — Bulletin intérieur de la SFIO, n° 116 et décembre 1968. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément