WEST John

Par Laurent Colantonio (nouvelle notice, janvier 2012)

Né le 20 février 1812 à Dublin, Irlande ; mort le 15 janvier 1887 à Macclesfield, Angleterre ; chartiste.

D’origine irlandaise, cet ouvrier du textile s’est distingué comme l’un des orateurs chartistes les plus populaires du nord de l’Angleterre.

À la mort de son père, alors qu’il est encore enfant, John West quitte l’Irlande avec sa mère. Ils s’installent à Manchester, comme de nombreux autres émigrés irlandais en quête d’un emploi. West commence à travailler comme tisserand dès l’adolescence. Ouvrier en usine, il fait l’expérience de la pauvreté et des inégalités socio-économiques. Parallèlement, il s’implique en politique et ses talents d’orateurs se révèlent au grand jour au moment des élections générales de 1832, après le vote du premier Reform Bill, où il fait campagne pour William Cobbett, candidat radical dans les circonscriptions de Manchester et d’Oldham. En 1834, il participe activement au mouvement d’opposition à la New Poor Law. Il milite aussi pour l’abolition du droit de timbre et pour la réduction du temps de travail quotidien.

À la fin des années 1830, West déménage à Macclesfield, au sud de Manchester, où il travaille sur des métiers à tisser la soie. C’est là qu’il rejoint le mouvement chartiste dont il devient un conférencier (district lecturer) apprécié, qui intervient dans le Cheshire, le Lancashire, les Midlands et jusqu’à la région de Newcastle. Il soutient, avec les chartistes locaux, la grève générale (« universal holiday ») des ouvriers de Macclesfield, organisée en août 1842 en réaction contre la réduction de leurs salaires. Deux mois plus tard, il est arrêté lors d’un meeting à Leicester et passe 38 jours en prison, avant la tenue de son procès, à l’issue duquel il est acquitté. Contrairement à nombre de ses amis, West n’est pas favorable à l’abolition des Corn Laws, persuadé que se seront les petits artisans et les ouvriers, plus que la middle-class, qui auront à pâtir des effets d’une telle réforme. Aux élections générales de 1847, il se présente comme candidat chartiste pour la circonscription de Stockport, où il est largement battu, seulement crédité de 14 voix. En 1847-48, il participe au rapprochement entre chartistes britanniques et nationalistes irlandais. Le 10 avril 1848, il est présent et harangue la foule lors du meeting monstre de Kennington Common. En septembre, il est à nouveau arrêté, avec 46 autres chartistes, pour avoir assisté à une réunion publique non autorisée à Newcastle. Condamné, il purge une peine d’un an de prison à Kirkdale. Au cours de son incarcération, il reçoit le soutien financier de nombreux sympathisants et continue de collaborer à des publications chartistes, en particulier le Northern Star (L’Étoile du Nord).

Au cours des trois décennies suivantes, West prend part à plusieurs campagnes politiques de moindre importance, et termine sa vie dans le dénuement et la pauvreté, parfois soutenu par des collectes organisées pour lui par d’ex-chartistes. George Harney, l’un de ses anciens amis et autre figure du chartisme, se souvient de West comme d’un homme « de taille moyenne, avec des beaux yeux noirs, des cheveux ondulés et un visage ouvert et souriant. Il avait très bon caractère, et était toujours prêt à rire, de son rire Olympien. Je ne dirais pas qu’il était sans défauts. Qui n’en a aucun ? » (cité par C.S. Davis, p. 294)

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article139776, notice WEST John par Laurent Colantonio (nouvelle notice, janvier 2012), version mise en ligne le 29 février 2012, dernière modification le 29 février 2012.

Par Laurent Colantonio (nouvelle notice, janvier 2012)

BIBLIOGRAPHIE : C. Stella Davies (ed.), A History of Macclesfield, Manchester, University of Manchester Press, 1961 ; Joyce Bellamy et John Saville (ed.), Dictionary of Labour Biography, vol. 7, 1984, p. 245–6 ; Takashi Koseki, Patrick O’Higgins and Irish Chartism, Tokyo, Institute of Comparative Economic Studies, 1990 ; Daniel Beaumont, ‘John West’, in J. McGuire et J. Quinn (eds), Dictionary of Irish Biography, Cambridge, Cambridge University Press/ Royal Irish Academy, 2009, vol. 9.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément