WISHART Ernest

Par Elen Cocaign (octobre 2011)

Né le 11 août 1902 à Londres – mort le 16 septembre 1987 à Yapton, West Sussex. Éditeur communiste.

Ernest Wishart naît dans une famille aisée : son père, courtier en assurances, est également sheriff de la ville de Londres. Ernest fréquente la public school de Rugby avant d’entrer en 1920 à Cambridge, où il étudie l’histoire, puis le droit.

Il fait la rencontre de Douglas Garman et les deux étudiants fréquentent les mêmes cercles littéraires. En 1925, invité dans la famille de son ami, il fait la connaissance de sa sœur Lorna, alors âgée de 14 ans, dont il s’éprend. Il l’épouse en 1927 - elle donne naissance à deux garçons en cinq ans. Non-conformiste, elle mène par la suite une vie de bohème, s’installe à Bloomsbury et entretient à la fin des années 1930 une liaison avec le poète Laurie Lee (ils ont ensemble une petite fille) puis avec le peintre Lucian Freud, à partir de 1943. Ernest Wishart ne met pas pour autant fin à leur mariage.

Après avoir quitté Cambridge, il fonde à Londres une maison d’édition, qu’il baptise Wishart & Company. Il embauche Douglas Garman pour l’assister dans le travail éditorial et apporte son soutien à la revue littéraire créée par ce dernier, le Calendar of Modern Letters, qui paraît de 1925 à 1927. Ce journal se pose en rival du Criterion, dirigé par T.S. Eliot et accueille les travaux d’écrivains avant-gardistes et progressistes tels que les poètes Robert Graves et Siegfried Sassoon ou l’écrivain Edwin Muir.

En 1934, Wishart se distingue en publiant Negro, une anthologie de textes sur la culture noire rassemblés par Nancy Cunard, que les maisons Jonathan Cape et Gollancz avaient refusé. Il édite également un ouvrage intitulé Revolutionary Ideas of the Marquis de Sade, conçu par l’intellectuel marxiste J.B.S. Haldane.

En 1935, Wishart & Company fusionne avec la maison Martin Lawrence. La nouvelle compagnie, renommée Lawrence & Wishart, devient la maison d’édition attitrée du Parti Communiste et déménage à Red Lion Square, pour se rapprocher du siège du parti. Elle publie surtout des ouvrages engagés (textes théoriques marxistes, manuels, précis d’histoire de la classe ouvrière...), mais Wishart garde un intérêt pour les lettres : il contribue à la naissance d’une anthologie semestrielle, New Writing, qui contribue à asseoir la réputation d’une nouvelle génération d’écrivains (W.H. Auden, Christopher Isherwood ou Cecil Day Lewis).

Ernest Wishart se rapproche de l’éditeur Victor Gollancz. Homme de gauche, celui-ci refuse d’être associé à un parti politique, mais produit en nombre des livres destinés à convaincre les Britanniques de la nécessité d’agir contre le fascisme et de former au plus vite un Front Populaire qui rassemblerait toutes les forces progressistes. En décembre 1937, les deux hommes lancent ensemble la revue Modern Quaterly et proposent également aux adhérents du Left Book Club créé par Gollancz des réductions sur les ouvrages publiés par Wishart.

En 1940, les stocks de Lawrence & Wishart sont détruits lors d’un bombardement ; la maison ralentit son rythme de publication. Après la Seconde Guerre mondiale, les activités reprennent, Wishart soutient le Groupe des Historiens du Parti Communiste et publie les ouvrages fondateurs d’Eric Hobsbawm, E.P. Thompson, John Saville ou J.D. Bernal.

Lorna, convertie au catholicisme en 1945, revient vivre auprès de son mari. Celui-ci prend sa retraite au début des années 1950 et, installé à la campagne, se consacre à sa passion pour l’architecture (il soutient financièrement la Society for the Protection of Ancient Buildings -la Société pour la Protection des Bâtiments Anciens) et l’histoire locale. En 1956, après l’écrasement de la révolte hongroise, Ernest Wishart quitte le Parti Communiste.

Il meurt en 1987. Lawrence & Wishart existe toujours ; la maison reste spécialisée dans la publication d’ouvrages engagés à gauche.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article139695, notice WISHART Ernest par Elen Cocaign (octobre 2011), version mise en ligne le 19 février 2012, dernière modification le 19 février 2012.

Par Elen Cocaign (octobre 2011)

SOURCES : Cressida Connolly, The Rare and the Beautiful : The Art, Loves and Lives of the Garmans, Londres, Fourth Estate, 2004 ; John Cunningham, The Guardian, 21 janvier 2000 ; Valerie Grove, Laurie Lee : The Well Loved Stranger, Londres, Viking, 1999 ; Peggy Guggenheim, Out of the Century, New York, Universe Books, 1979 ; Anne Pimlott Baker, « Wishart, Ernest Edward », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément