Né en 1909 à Tizi Ouzou (Algérie)  ; employé chez un avocat puis métallurgiste  ; militant commune envoyé dans une école à Moscou.

Orphelin, Rabah Issad fut élevé par un oncle en Algérie. Il fréquenta l’école primaire puis pendant un an un cours complémentaire mais son oncle interrompit ses études pour des raisons économiques.
Rabah Issad vint très tôt en France (vers seize ans semble-t-il), en région parisienne, s’affirma comme libre penseur et fut syndicaliste CGTU. Il exerça de multiples activités : clerc d’avocat, terrassier, agriculteur, voiturier et métallurgiste. Le Parti communiste reçut son adhésion en 1932.
Envoyé à Moscou pour suivre une école communiste internationale, sans doute l’école d’Orient, il se plaignit de ne pas avoir pu en France lire Marx, faute de moyens pour acheter les livres. Il fit un développement sur la nécessité de créer des bibliothèques pour mettre les classiques du marxisme à disposition des travailleurs.

SOURCE  : RGASPI, Moscou, 495 270 1053.

Bibliographie : Claude Pennetier et Bernard Pudal (sd), Le Sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du "moi", Presse universitaires de Rennes, 2014. — Bernard Pudal, Claude Pennetier, Le Souffle d’octobre 1917. L’engagement des communistes français, Les éditions de l’Atelier, 2017 : le chapitre 10 lui est consacré.

Claude Pennetier

Version imprimable de cet article Version imprimable