LETELLIER Claude, Germain

Par Jacques Girault

Né le 8 juillet 1932 à Poissy (Seine-et-Oise) : professeur ; militant syndicaliste ; militant communiste dans le Calvados.

Congrès du SNES, 1972
Congrès du SNES, 1972

Fils d’un ajusteur outilleur monteur, militant de la CGT, sympathisant communiste, résistant en Indre-et-Loire, responsable des mutilés du travail, Claude Letellier fut seulement baptisé. Élève des collèges de Valognes (Manche) puis d’Orthez (Pyrénées-Atlantiques), il entra à l’École normale d’instituteurs de Caen (Calvados) en 1949 et obtint le baccalauréat « sciences expérimentales ». Instituteur à l’école du chemin vert à Caen en 1953, inscrit à la Faculté des Lettres de Caen, il obtint la licence de lettres modernes en 1956, le diplôme d’études supérieures (« La grande guerre dans la poésie d’Apollinaire »), le CAPES en 1962. Professeur certifié au lycée de Vire (Calvados) de 1963 à 1966, puis au collège Hastings de Caen, reçu à l’agrégation de lettres modernes en 1975, il fut nommé à l’Ecole normale d’instituteurs de Caen en 1984 et y enseigna jusqu’à sa retraite en 1992.

Letellier, adhérent du Syndicat national des instituteurs depuis octobre 1952, était membre de la commission des jeunes de la FEN-CGT jusqu’en 1954. Parallèlement, membre de l’Union de la jeunesse républicaine de France et du Parti communiste français depuis janvier 1952, il participait à la vie de la cellule du Parti à la faculté. Plus tard, continuant ses études, il était membre de l’Union des étudiants communistes (membre du bureau en 1962) et de l’Union nationale des étudiants de France.

Neveu de René Janelle*, directeur de l’école centrale du PCF de Viroflay, Letellier, membre du comité de la section communiste de Caen en 1953, fut intégré à la commission de contrôle financier de la fédération communiste en 1954. Cette responsabilité dura jusqu’en 1958, année de son départ au service militaire à Granville (Manche) en mars dans l’infanterie puis en Algérie comme sergent d’un groupe de Chasseurs à pied (janvier 1959-1960) où il participa à des « actions humanitaires dans le bled à Tiaret » et fut chargé en octobre 1959 de l’École gérée par son unité (180 élèves).

De 1962 à 1966, Letellier fut à nouveau élu au comité fédéral, responsable de la commission des intellectuels, chargé depuis 1962 de la rédaction de la page départementale de l’Humanité-dimanche. Il devint membre du bureau fédéral de 1969 à 1985, responsable des questions de la paix à partir de 1972, puis à nouveau des intellectuels. Il resta par la suite membre du seul comité fédéral. Il participait à l’animation culturelle des fêtes des Côteaux de la fédération. Il était à la fin des années 1960 le secrétaire départemental du Mouvement de la Paix.

Letellier se maria, avec une bénédiction à l’Église, en avril 1956 à Mondeville (Calvados) avec une institutrice, fille d’un contrôleur des contributions indirectes. Le couple eut trois enfants qui furent seulement baptisés.

Militant de la Ligue de l’Enseignement, Letellier était actif dans le Syndicat national de l’enseignement secondaire et fut membre du bureau départemental (S2) en 1962. Puis devenu professeur à l’École normale d’instituteurs de Caen, il fut le secrétaire départemental du Syndicat national des professeurs d’écoles normales.

Letellier fut candidat à diverses élections dans le Calvados depuis 1969, cantonales partielles en 1976 dans le canton de Creuilly, législatives en 1978 dans la cinquième circonscription de Vire (4 158 voix sur 58 154 inscrits).

Letellier, depuis 1952, avait des activités culturelles (poésie, écriture de nouvelles, théâtre aux armées à Granville, pratique théâtrale avec ses élèves, recherches littéraires sur Flaubert, Segrais et son poème Athis, Chateaubriand). Directeur d’une décade littéraire internationale à Cerisy-la-Salle (Manche) consacrée à Breton, directeur ou participation à des colloques littéraires dans le Calvados en 2001 et en 2002, il figurait parmi les acteurs du Centre de culture européenne à Saint-Jean-d’Angély (Charente-Maritime), animant aussi des ateliers de création de contes pour étudiants étrangers. Il présidait l’association « Festival au pays de Lancelot du Lac », à Bagnoles-de-l’Orne (Orne) et assurait le secrétariat général du Centre d’études et de recherches du merveilleux, de l’étrange et de l’irréel en littérature. De plus il participait à l’organisation de voyages culturels sur ces thèmes.

Letellier, depuis les années 1990, habitait Fontaine-Etoufefour par Verson et prenait part à la vie du PCF en 2011,

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article139057, notice LETELLIER Claude, Germain par Jacques Girault, version mise en ligne le 5 décembre 2011, dernière modification le 5 décembre 2011.

Par Jacques Girault

Congrès du SNES, 1972
Congrès du SNES, 1972

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

Version imprimable Signaler un complément