LESIMPLE Robert, Marcel

Par Josette Ueberschlag

Né le 3 décembre 1917 à Mittainville (Seine-et-Oise), marié, cinq enfants ; instituteur en Eure-et-Loir ; militant syndicaliste.

Fils d’un cultivateur, Robert Lesimple effectua sa scolarité primaire à Néron (Eure-et-Loir). À la rentrée 1929, muni du certificat d’études primaires, élève du cours complémentaire de Maintenon, il prépara le concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs de Chartres et figura sur la liste complémentaire en 1933. Titulaire du brevet élémentaire, il redoubla sa classe de troisième pour se représenter l’année suivante et fut major de sa promotion dénommée « Jean Jaurès ». En 1937, il enseigna un an à l’école primaire de garçons de la cathédrale de Chartres, école dirigée par Marcel Gaujard*, futur maire de Chartres. Puis, il fit son service militaire à la rentrée 1938 comme météorologiste après avoir réussi l’examen correspondant, ce qui lui valut d’être incorporé au bataillon de l’air 116 basé au fort de Saint-Cyr. Il devint instructeur météorologiste après un stage à l’Office national de météorologie au cours duquel il eut la mission d’aller tous les matins au sommet de la Tour Eiffel relever les données météo de la veille. Démobilisé, à la rentrée scolaire 1940, il demanda à revenir à l’école de la cathédrale à Chartres qui dispensait le soir des cours professionnels municipaux pour les apprentis, ce qui lui assurait un petit pécule supplémentaire. Après la guerre, vers 1950, cette formation municipale fut transformée en cours complémentaire technique et il fut nommé professeur dans ce nouvel établissement où il assura l’enseignement des lettres, histoire et géographie jusqu’à sa retraite en 1973.

Lesimple se maria religieusement le 19 août 1941 à Vic-en-Bigorre (Hautes-Pyrénées) avec Laurence Lataste, née en 1920, qu’il rencontra dans cette localité lors de la débâcle de 1940, et qui enseigna quelque temps à Chartres comme institutrice suppléante. De ce premier mariage, il eut quatre enfants qui reçurent les premiers sacrements catholiques. Veuf en 1956, il se remaria le 15 juillet 1958 à Paris (XIXeme arr.) avec une institutrice, Michelle Abramowski née en 1932, dont il eut un fils.

Lesimple adhéra au Syndicat national des instituteurs à la Libération et fut élu au Conseil départemental de l’enseignement primaire en 1951 aux côtés d’André Thoby*. À la demande du SNI, il démissionna collectivement à la fin de 1953 pour protester contre la politique répressive du gouvernement et sa politique anti-laïque. Il fut réélu en janvier 1954 avec davantage de voix qu’en 1951. Au sein du bureau de la section départementale, il avait pour mission de repérer les postes susceptibles d’être vacants et d’en informer les syndiqués qui en faisaient la demande. Il n’adhéra à aucun parti politique « tenant trop à sa liberté de pensée », selon son témoignage. Officier des Palmes académiques, il obtint la médaille d’argent de l’enseignement technique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article139013, notice LESIMPLE Robert, Marcel par Josette Ueberschlag, version mise en ligne le 28 novembre 2011, dernière modification le 6 février 2012.

Par Josette Ueberschlag

SOURCES : Presse syndicale. – Renseignements fournis par l’intéressé en 2011. – Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément