MOLINS Alexandre [parfois par erreur MOLIS Alexandre]

Par Louis Botella

Syndicaliste CGT puis Force ouvrière (FO) du Maroc.

Lors du congrès constitutif de la confédération FO en avril 1948, Alexandre Molins représenta le syndicat des travailleurs des tabacs de Casablanca.

En décembre de la même année, il fut signalé comme étant le secrétaire général de l’Union des syndicats Force ouvrière du Maroc et il resta en fonction, selon les sources, jusqu’en octobre 1951 ou en juin 1952. Lucien Ferlandin lui succéda.

Lors du congrès confédéral d’octobre 1950, Alexandre Molins intervint à la tribune pour dénoncer l’absence de droit syndical pour les Marocains, qui ne sont qu’à peine tolérés dans les syndicats par les autorités françaises du protectorat, la situation économique et sociale très difficile, notamment en raison du blocage des salaires, d’une inflation galopante, de la pénurie de logements, notamment à Casablanca où la population est passée de 200 000 personnes en 1939 à plus d’un million en 1950.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article138415, notice MOLINS Alexandre [parfois par erreur MOLIS Alexandre] par Louis Botella, version mise en ligne le 29 septembre 2011, dernière modification le 29 novembre 2011.

Par Louis Botella

SOURCES : Comptes rendus des congrès confédéraux de Force ouvrière de 1948 et de 1950. — Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 16 décembre 1948, 10 avril et 5 mai 1949. — Le Monde du travail, organe de l’Union générale FO du Maroc.

Version imprimable Signaler un complément