LEFRÈRE Andrée [née GRUNN Andrée, Berthe]

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

Née le 15 mai 1935 Paris (VIe arr.) ; couturière ; militante communiste de Paris ; dirigeante de l’UJFF et membre du comité central du PCF de 1972 à 1987.

André Grunn naquit dans une famille juive de Paris. Fille de Maurice Grunn, sympathisant communiste et de Cécile Grunn, maroquinière, Andrée Grunn obtint le CEP, un CAP et un brevet industriel de couture. Elle travailla comme couturière chez Lempereur puis chez Heko d’où elle fut licenciée. En 1954, Fanny Dorgan, militante communiste du Xe arr., l’embaucha comme confectionneuse.

Sa famille l’inscrivit aux Vaillants en 1947. Deux ans plus trard, selon son témoigne, elle récolta 4000 signatures en 1949 pour l’Appel de Stockholm. Andrée Grunn adhéra à l’UJFF en 1950 et au Parti communiste en 1952. Andrée Grunn participa au festival de la jeunesse de Berlin et suivit une école fédérale des jeunes filles communistes en janvier 1953 et à une école centrale de la jeunesse en novembre-décembre 1954. À l’issue de cette école, la direction porta l’appréciation suivante : « Camarade intelligente, dynamique, combative. À fait une bonne école. Un peu confuse dans ses idées. À des dons de femme de masse. L’aider à être un peu plus simple ».

Secrétaire de l’UJFF de Paris, Andrée Grunn entra au comité fédéral communiste de Paris en 1959 et quitta cette fonction en 1962 en raison de ses responsabilités à l’UJFF.
En octobre 1958, elle organisa, pendant trous jours, « La Rentrée de Mademoiselle de Paris ! » qui rassembla, pour cette première année, 3000 personnes : « Le principe de cette initiative était de demander à toutes les filles de créer quelque chose, de se mettre en valeur de la façon qu’elles voulaient. Certaines peignaient sur des galets, fabriquaient des robes, créaient des expositions de photos etc. Les filles n’étaient pas très bien reconnues pour leurs qualités, y compris au sein du mouvement communiste, et je voulais qu’elles se mettent en valeur par ce qu’elles savaient faire. On voulait montrer qu’on était capables, dans tous les domaines. Il y avait des écrivains qui signaient leurs livres, des groupes qui venaient chanter. Ce fut un franc succès qui a duré plusieurs années. » (témoignage, site paris.jeunes-communistes)

Elle revint au comité fédéral en 1968 et suivit une école fédérale de deux mois. Elle était alors secrétaire de section du XVIIIe arr., conseillère municipale, permanente. En 1972, elle fut promue au bureau fédéral et y resta jusqu’en 1977.

Élue au comité central du PCF (suppléante) le 17 décembre 1972 (20e congrès) sous le nom d’Andrée Lefrère (elle avait époyusé Claude, François lefrère le 24 juin 1971 à paris XVIIIe arr.), elle ne fut pas réélue au 26e congrès en décembre 1987.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article138198, notice LEFRÈRE Andrée [née GRUNN Andrée, Berthe] par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, version mise en ligne le 8 septembre 2011, dernière modification le 17 octobre 2011.

Par Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. comité national du PCF.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément