KAHN Marcel-Francis

Par Daniel Couret, Jean-Guillaume Lanuque

Né en novembre 1929 ; médecin rhumatologue ; membre du PSU de 1960 à 1968, puis trotskyste à compter de la fin 1968, membre de la direction de la Ligue communiste et de la Ligue communiste révolutionnaire ; engagé dans des combats pour la défense des Algériens, des Vietnamiens et des Palestiniens et des pacifistes israéliens.

Né en novembre 1929, dans une famille juive. Marcel-Francis Kahn fut élève au lycée Gay-Lussac, à Limoges, de 1940 à 1943. En 1944, âgé de quinze ans, il devint agent de liaison des FFI dans la région de Grenoble. Il fit ses études de médecine à Paris, de 1947 à 1954. Médecin généraliste depuis le milieu des années 1950, il se spécialisa ensuite dans la rhumatologie et exerça à l’hôpital Bichat, dans le XVIIIe arr. de Paris. Il devint professeur à la faculté de médecine de Paris en 1966. Il épousa Rena Cukier, d’origine juive polonaise, ancienne déportée, décédée en 1974.

Il fut actif durant la guerre d’Algérie, aux côtés des militants du FLN. Adhérent du PSU depuis 1960, il milita dans ce parti jusqu’en 1968. Il fut un des fondateurs du Comité Vietnam national (CVN) en 1966 : membre de son comité directeur, il fur le principal porte-parole du CVN en 1966-1968. Il fit à ce titre deux séjours au Nord Vietnam durant la guerre, et fut le secrétaire de l’Association médicale franco-vietnamienne. Il participa également, durant cette époque, aux travaux du Tribunal Russell contre les crimes de guerre au Vietnam. C’est au sein du CVN qu’il se lia à des militants de la JCR et du PCI-SFQI, dont Alain Krivine et son frère Jean-Michel Krivine. Il participa à l’occupation de la faculté de médecine de la rue des Saints-Pères, à Paris, durant les grèves de mai-juin 1968.

Sympathisant avec le courant trotskyste représenté par la JCR et le PCI-SFQI, deux organisations dissoutes le 11 juin 1968, il quitta le PSU à l’automne 1968, et rejoignit l’organisation clandestine constituée autour des Comités rouges, dans laquelle il milita, de septembre 1968 à avril 1969. Il fut membre de la Ligue communiste (LC), dès sa fondation, en avril 1969, et devint membre de son comité central. Il fut un des fondateurs du Front de solidarité Indochine, qui succéda au CVN, en 1971, et devint un de ses principaux animateurs. En février 1973, il fut un des responsables du Groupe information santé, à l’origine de l’appel de 331 médecins qui reconnaissaient avoir pratiqué ou aidé à pratiquer l’avortement, alors illégal en France. Membre du comité central de la LC jusqu’à sa dissolution, en juin 1973, il fut le coordinateur de la campagne contre la dissolution de la Ligue en direction des personnalités, des partis de gauche et organisations démocratiques.

Il fut signataire, l’année suivante, en avril 1974, de l’appel pour la création du Front communiste révolutionnaire, organisation qui donna naissance à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), en décembre 1974, et dont il fut élu au comité central. Lors de la préparation de ce congrès, il fut membre de la Tendance T1, animée par Gérard Filoche. Il fut membre du comité central de la LCR jusqu’en décembre 1976, et ne se représenta pas au congrès suivant. Il quitta la LCR à la fin des années 1970.

Il fut un actif militant du SNESup.

Marcel-Francis Kahn fut un des co-fondateurs de l’Association France-Palestine solidarité et un de ses principaux animateurs. Il effectua à ce titre plusieurs voyages à Gaza et en Cisjordanie. Il fut également président du Collectif des citoyens juifs et arabes de France, une association qui luttait pour la Paix en Palestine, et un des organisateurs du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé en mars 2009. Chef du service de rhumatologie à l’hôpital Bichat, il prit sa retraite en 1994, à l’âge de soixante-cinq ans. En 2007, il appela à voter pour Ségolène Royal, en précisant qu’il appelait à voter socialiste pour la première fois.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article138076, notice KAHN Marcel-Francis par Daniel Couret, Jean-Guillaume Lanuque, version mise en ligne le 4 septembre 2011, dernière modification le 13 juillet 2017.

Par Daniel Couret, Jean-Guillaume Lanuque

Œuvre : L’Actualité rhumatologique, Éditions Elsevier, 2007. — Dictionnaire la polyarthrite rhumatoïde et des rhumatismes inflammatoires chroniques, en collaboration avec Bernard Amor, AFP, Association française des polyarthritiques, 2007.

SOURCES : Presse. — Témoignages.

Version imprimable Signaler un complément