CACCIOLATO Léo, Fernand

Par Daniel Grason

Né le 17 septembre 1908 à Levallois-Perret (Seine, Hauts-de-Seine) ; volontaire en Espagne républicaine.

Léon Cacciolato était le fils d’un mécanicien ajusteur et d’une journalière.
Il arriva en Espagne le 25 octobre 1936, fut incorporé à la XIIe Brigade internationale, bataillon André Marty, il fut muté trois mois dans un camp de travail à Albacete. Affecté à la 35e Division, puis à la XIVe Brigade, il déserta le 5 juin 1937, fut arrêté à la fin juin alors qu’il tentait de se faire rapatrier. Le 2 juillet, il prenait « l’engagement formel de se racheter » était versé dans une compagnie de pionniers. Simulateur, il réussissait à se faire évacuer pour des soins dentaires, rattrapé, consigné dans la caserne Principe de Vergara, il s’échappait à nouveau, alla rendre visite aux anarchistes, ceux-ci l’accueillirent fraîchement, il fut ramené à la caserne. Il s’enfuyait et alla faire du grabuge au siège du Secours rouge international (SRI), arrêté, emprisonné à la brigade, consigné à l’infirmerie, il fut examiné. Le diagnostic médical indiquait : « Simulateur de maladies cardiaques et épileptique. Récidiviste, dangereux ».
Le 27 juillet 1937, il était expédié à Albacete.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137996, notice CACCIOLATO Léo, Fernand par Daniel Grason, version mise en ligne le 30 août 2011, dernière modification le 28 septembre 2011.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1106, BDIC mm 880/8.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément