SEVILLE Armand

Par Daniel Grason

Né le 9 novembre 1892 à Bac-Lieu (Cochinchine, Indochine, Vietnam du Sud, République du Vietnam) ; agent technique ; antifasciste ; volontaire en Espagne républicaine ; déporté.

Armand Seville demeurait 8, rue Jean-Jacques Rousseau, à Malakoff (Seine, Hauts-de-Seine), il alla à l’école primaire et secondaire. Pendant la guerre 1914-1918, il fut sergent dans l’infanterie. Technicien en électricité, il adhéra en 1929 au syndicat de techniciens CGT, fut le fondateur ru Rassemblement universel pour la paix (RUP) à Malakoff, secrétaire adjoint de l’ARAC et secrétaire de la Ligue des droits de l’homme (LDH), il parlait l’espagnol et l’allemand.

Il arriva en Espagne le 10 octobre 1936, fut incorporé à la XIe Brigade internationale, 3e bataillon, lieutenant. Il combattit sur le front du Centre en 1937, bénéficia d’une permission en France fin janvier 1938. Il fut affecté à son retour au parc automobile de Castelldefels. Son rapatriement eut lieu en novembre 1938. Il était apprécié par le service du personnel d’Albacete ainsi : « Très bon camarade au moral élevé, bonne éducation antifasciste. Serait membre du parti radical socialiste en France ». Cette dernière information n’étant pas confirmée, l’évaluateur écrivait : « Cela serait à contrôler car ce camarade pourrait rendre de grands services. Très bon élément ».

Pendant la guerre, Armand Seville fut arrêté, était-il maquisard ou interné dans un camp du sud-ouest de la France ? Le 30 juillet 1944, un convoi de mille huit hommes et cent une femmes quittait Toulouse (Haute-Garonne). Les femmes étaient déportées à Ravensbrück, les hommes furent dirigés à Buchenwald (Allemagne). Ces derniers arrivèrent au camp le 6 août 1944, deux cents quatre- vingt-huit y trouvèrent la mort, le sort de cent soixante-cinq demeura inconnu. La libération du camp eut lieu le 11 avril 1945, les détenus organisés dans un Comité militaire clandestin arrêtaient cent vingt-cinq SS et prenaient possession du camp. L’après-midi, l’armée américaine conduite par le général Patton était à Buchenwald. Armand Seville, matricule 69999 rentra à une date inconnue.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137899, notice SEVILLE Armand par Daniel Grason, version mise en ligne le 21 août 2011, dernière modification le 21 août 2011.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1403, BDIC mfm 880/33 ; RGASPI 545.2.114, BDIC mfm 880/47. – Livre-Mémorial, Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Ed. Tirésias, 2004.

Version imprimable Signaler un complément