PERRIN Camille, Edouard

Par Daniel Grason

Né le 20 avril 1913 à Macon (Saône et Loire) ; soudeur autogène, chauffeur ; militant communiste ; volontaire en Espagne républicaine.

Camille Perrin était le fils de François et de Marie, il suivit l’école primaire, fut scout catholique. Il effectua son service militaire au 35e Régiment d’infanterie à Belfort (Territoire-de-Belfort), il apprit le maniement de mitrailleuses, fut chef de pièce. À son retour, il connut trois mois de chômage. Il vint en région parisienne, habita 46, av. Edouard-Vaillant, à Boulogne-Billancourt (Seine, Hauts-de-Seine), à proximité des usines Renault où il travaillait.

Il s’éveilla à la vie politique après les émeutes fascistes de février 1934, par la lecture des tracts du parti communiste, au contact des militants. Il adhéra aux Jeunesses communistes en décembre 1935. La grève avec occupation de juin 1936 dans l’usine le fit entrer dans l’action, l’entreprise comptait quarante mille ouvriers et employés. Le syndicat CGT, la section communiste qualifiaient Louis Renault de « saigneur » de Billancourt, tellement les conditions de travail étaient dures. La reprise du travail s’effectua tête haute, l’organisation syndicale, la section communiste se structurèrent.

Camille Perrin adhéra à la CGT, puis fin octobre 1936, il demanda à Raymond Koch, l’un de responsables de la cellule Karl Marx à adhérer au parti communiste. Il travaillait dans l’un des ateliers de l’île Seguin, suivait des cours élémentaires de formation politique en 1937, puis des cours moyens en 1938. Il fut l’un des délégués de sa cellule à la conférence de section. Il écrivait des articles sur les conditions de travail pour le journal hebdomadaire de la section du PCF L’Étincelle. Il lisait l’Humanité et les Cahiers du Bolchevisme.

Le 23 juin 1938, il arriva en Espagne pour « défendre la démocratie mondiale et la liberté ». Le 29, il fut blessé lors d’un accident de camion sur la route de Barcelone à Cambrils, fut hospitalisé neuf jours. Incorporé à la XIVe Brigade, 1er bataillon, comme observateur, Camille Perrin combattit au front du 26 juillet au 19 septembre 1938, lors de la bataille de l’Ebre. Ce 19 septembre, il fut blessé à la cuisse droite et hospitalisé dans quatre hôpitaux différents. Il estimait que : « Le Front populaire espagnol tient ses promesses et mène une action progressive pour la classe ouvrière malgré les pires difficultés crées par la guerre ». Son rapatriement eut lieu le 18 décembre 1938.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137748, notice PERRIN Camille, Edouard par Daniel Grason, version mise en ligne le 27 juillet 2011, dernière modification le 27 juillet 2011.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1349, BDIC mfm 880/28 ; RGASPI 545.2.290, BDIC mfm 880/48.

Version imprimable Signaler un complément