LAGRANGE René

Par Jean-Paul Ferger, Jean-Claude Guillon

Né le 5 mai 1902 à Tours (Indre-et-Loire), mort le 1er juillet 1992 à Rigny-Ussé (Indre-et-Loire) ; mécanicien ajusteur à la SNCF, militant syndicaliste CGT.

Son père François, né en 1870 à Montluçon, fut délégué cheminot CGT. Sa sœur Berthe, militante à la CGT, fut l’une des créatrices du premier syndicat de femmes aux chemins de fer français ; elle participa au congrès des cheminots les 7 et 8 août 1918 et mourut le 15 août 1918 de la grippe espagnole.

René Lagrange entra aux chemins de fer en 1916, se syndiqua à la CGT à l’âge de 14 ans avec l’autorisation obligatoire de son père.

Il assista au 1er congrès local des cheminots, participa aux grèves et manifestations de 1917, 1918, 1920 et 1936.

Révoqué avec son père en 1920, amnistié dix-sept ans plus tard, il réintégra la SNCF le 19 août 1937 ; entre ces deux périodes, il travailla dans les entreprises Rimalho, construction et entretien de matériel, C.I.M.T, Rolland Pillain ; il fut à chaque fois licencié pour activité syndicale.

En 1939, il fut réquisitionné à la manufacture d’armes de Châtellerault (Vienne).

Il se maria à Tours le 17 avril 1926 avec Marie Thoyon, née le 19 août 1908 à Angoulême (Charente) et morte le 22 août 1987 à Chinon (Indre-et-Loire).

Ils eurent deux enfants, Claude Lagrange*, né à Tours le 14 février 1928 et Gisèle née à Tours le 15 août 1929.

Adhérent au PCF.en 1924, membre du comité de section de Tours ; il participa à la Résistance : distribution de tracts, transport de matériel d’imprimerie et d’armes ; à deux reprises il évita son arrestation.

Après la Libération, il entra à nouveau à la SNCF à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), puis au dépôt de Tours où il fut délégué du personnel et membre du comité d’entreprise CGT jusqu’à sa retraite prise en janvier 1957.

Il continua ses engagements syndicaux à la CGT dans la section des retraités cheminots et au PCF notamment en distribuant l’Humanité dimanche. Il se consacra aussi à ses loisirs favoris : la pétanque et les voyages.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article137683, notice LAGRANGE René par Jean-Paul Ferger, Jean-Claude Guillon, version mise en ligne le 23 juillet 2011, dernière modification le 3 août 2011.

Par Jean-Paul Ferger, Jean-Claude Guillon

SOURCES : Témoignage de Claude Lagrange.

Version imprimable Signaler un complément